Skip to content
RICHARD LITTLEJOHN : Des escrocs ?  Non, désolé… le mauvais type de cuivres

L’e-mail de ‘BTINTERNET’ m’informant que mon haut débit était sur le point d’être coupé a été abandonné à 6h53 hier.

Il a dit que je n’avais pas payé ma facture et que j’avais ignoré tous les rappels. Si je voulais empêcher la suspension de mon service, je devais cliquer sur un lien et suivre les procédures de vérification et de paiement.

Même si j’étais encore à moitié endormi, je pouvais dire instantanément qu’il s’agissait manifestement d’une arnaque. Et pas très bon non plus.

Le fait que l’e-mail s’intitulait : « Massage de BT » était un cadeau mort. Il est allé directement à la poubelle.

Le suivant, de Norton Security, était beaucoup plus professionnel. Il contenait une facture pour le renouvellement de mon contrat annuel de logiciel anti-virus. Pendant un moment, j’ai presque cliqué dessus – jusqu’à ce que je me souvienne que je n’utilise pas le logiciel Norton.

Ensuite, j’ai allumé mon iPhone pour trouver un SMS m’informant qu’Adam de la Poste avait tenté de livrer un colis à mon domicile mais que personne n’était là pour le signer. Il y avait des directions vers un site Web où je pouvais organiser sa relivraison.

J’ai tout de suite repéré celui-ci. Il y a eu plusieurs de ces escroqueries l’année dernière, prétendant provenir d’UPS, FedEx et autres, demandant toutes un petit paiement pour garantir l’arrivée en toute sécurité des marchandises commandées en ligne.

Pendant le verrouillage, tout le monde comptant sur les livraisons à domicile, de nombreuses personnes sont tombées dans le panneau pour découvrir qu’elles avaient été victimes d’une agression en ligne.

Je dois recevoir des dizaines de ces faux e-mails et SMS chaque semaine. La plupart d’entre eux sont interceptés par mon filtre de courrier indésirable, mais certains passent toujours sous le radar.

Je n’ai donc pas été surpris d’apprendre de l’équipe d’enquête du Mail que la Grande-Bretagne est désormais la capitale mondiale de la fraude, avec des pertes s’élevant à près de 3 milliards de livres sterling par an.

J’ai découvert ce genre d’escroquerie il y a huit ans, lorsque mon identité a été volée. À mon retour de vacances, j’ai trouvé un colis contenant un tout nouvel ordinateur portable Apple qui m’attendait. Il avait été pris en charge par un constructeur qui effectuait des travaux sur la maison pendant notre absence.

Le reçu indiquait qu’il avait été acheté par moi à l’Apple Store quelques jours plus tôt. Je savais que je ne l’avais pas commandé et qu’il n’y avait aucun achat récent sur mon compte Apple authentique.

Mon propre directeur de banque m’a assuré que ni mon compte ni ma carte de crédit n’avaient été piratés et qu’il n’y avait aucune activité inhabituelle.

Quand j’ai appelé Apple, ils m’ont dit qu’il avait été commandé par « Richard Littlejohn » en utilisant une fausse adresse e-mail et un prêt personnel de Barclays. Comme je ne fais pas de banque chez Barclays, je leur ai assuré que ce n’était pas moi, alors pourraient-ils envoyer quelqu’un pour le récupérer.

En passant au crible la pile habituelle de courriers indésirables qui étaient arrivés pendant notre absence, j’ai trouvé une lettre de Barclays, m’accueillant sur mon nouveau compte de financement partenaire et m’informant que mon remboursement mensuel de 99,99 £ était désormais dû et serait prélevé par prélèvement automatique. .

Finalement, j’ai contacté une femme du service client de Barclays et j’ai découvert que quelqu’un s’était approprié mon nom, mon adresse et ma date de naissance, ainsi qu’un poste d’administrateur de société que j’occupais. Pas difficile, puisqu’ils étaient de notoriété publique.

Pour autant, comment ont-ils pu ouvrir un compte à mon nom sans autre preuve d’identité, comme un passeport ou un permis de conduire ? Elle ne voulait pas me le dire, se cachant derrière l’excuse fourre-tout de la « protection des données ».

Barclays a accepté de fermer le compte et de le signaler à son équipe anti-fraude. Quand j’ai demandé à être mis en contact avec l’équipe anti-fraude, la femme a dit qu’ils ne prenaient pas les appels du public. Vraisemblablement, ils ont annulé le faux prêt.

J’ai eu un sacré boulot pour persuader Apple de reprendre l’ordinateur portable, qui se vendait alors 999 £. Il s’est avéré que les grandes banques et les entreprises n’ont pas pris la peine de chasser les fraudes de moins de 1 000 £.

Ou du moins ils ne l’ont pas fait en 2014. Le seuil aurait pu doubler maintenant, pour autant que je sache.

Le fonctionnement de cette arnaque particulière était que les escrocs suivaient le colis en ligne, puis interceptaient la société de livraison à la porte d’entrée, se faisant passer pour le propriétaire. Dans mon cas, le constructeur les a devancés et ils sont restés les mains vides.

Mais comme les fraudeurs doivent savoir qu’ils ont peu de chances de se faire prendre, ils auraient eux aussi considéré la perte de l’ordinateur portable comme un risque professionnel.

La fraude en ligne est devenue beaucoup plus sophistiquée depuis ces premiers e-mails du Nigéria vous promettant une grosse commission si vous les laissiez transférer 5 millions de livres sterling sur votre compte bancaire en lieu sûr.

RICHARD LITTLEJOHN : Des escrocs ?  Non, désolé… le mauvais type de cuivres

La police ne prend jamais la peine d’enquêter sur les délits de voiture ou les cambriolages, pourquoi lèveraient-ils le petit doigt pour rechercher un fraudeur qui a volé mon identité et tenté de voler un ordinateur portable d’une valeur inférieure à un grand ?

Pas étonnant que le transport annuel soit d’environ 3 milliards de livres sterling par an et semble augmenter inexorablement.

Les forces de l’ordre n’ont pas suivi le rythme.

Les choses n’étaient pas très différentes il y a huit ans. Comme tout citoyen honnête, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de signaler le vol de mon identité à la police.

Sur leur site Web dédié à la fraude, on m’a demandé de remplir un questionnaire à choix multiples. Les seules identités qui les intéressaient étaient ma propension sexuelle, mon appartenance ethnique et, même alors, si je me définissais toujours comme le même sexe que celui que j’étais à ma naissance.

Vraisemblablement, ce processus est encore plus élaboré de nos jours, maintenant qu’il existe un éventail passionnant de 1 001 genres parmi lesquels choisir. Naturellement, j’ai refusé d’accéder à leur demande impertinente, ce qui explique probablement pourquoi après m’avoir attribué un numéro de crime, je n’ai plus entendu parler d’eux.

Peut-être que si j’avais rempli le formulaire prétendant être trans ou gay, ils l’auraient classé comme un «crime haineux» et auraient envoyé une équipe de détectives hautement qualifiés en hélicoptère.

Pourtant, puisque la police ne prend jamais la peine d’enquêter sur les délits de voiture ou les cambriolages, pourquoi lèveraient-ils le petit doigt pour rechercher un fraudeur qui a volé mon identité et tenté de voler un ordinateur portable d’une valeur inférieure à un grand ?

Malgré le fait qu’il y aurait 23 agences différentes chargées de lutter contre la fraude, la police a finalement admis qu’elle n’en faisait pas assez.

La fraude représente désormais 39% de tous les crimes commis en Grande-Bretagne, mais comme le Mail l’a révélé hier, seuls 2% des effectifs policiers sont actuellement consacrés à l’enquête.

L’un des inspecteurs de la gendarmerie de Sa Majesté a admis que le nombre d’officiers impliqués dans la traque des escrocs devait de toute urgence être triplé.

RICHARD LITTLEJOHN : Des escrocs ?  Non, désolé… le mauvais type de cuivres

Nous sommes effectivement intimidés par les grandes banques pour effectuer nos opérations bancaires en ligne et des millions d’entre nous, en particulier la jeune génération, portons jusqu’à la dernière toux et crachats de nos identités sur les téléphones mobiles

Les deux tiers des forces de police britanniques n’ont pas d’agents spécialisés dans la fraude et le nombre écrasant de cybercrimes signalés sont classés sous «aucune autre action».

Et bien que le gouvernement finance une campagne de recrutement, la plupart des personnes embauchées n’ont pas les compétences nécessaires pour lutter contre la fraude en ligne et sont mieux adaptées aux tâches générales.

Je me souviens que les chemins de fer attribuaient régulièrement les annulations au « mauvais type de neige ». Mais je n’ai jamais entendu auparavant un policier de haut rang blâmer un manquement à enquêter sur un crime sur le mauvais type de cuivres.

Au moins maintenant, pour être juste, la police a pris conscience de l’ampleur de cette épidémie de cybercriminalité et essaie tardivement d’y faire face.

Cela n’aide pas que nous soyons effectivement intimidés par les grandes banques pour effectuer nos transactions bancaires en ligne et que des millions d’entre nous, en particulier la jeune génération, portent jusqu’au dernier crachat de nos identités sur les téléphones mobiles.

Jusqu’à ce que les forces de l’ordre rattrapent leur retard, les cyber-escrocs garderont une longueur d’avance sur le groupe.

Il vaut donc la peine d’être extrêmement vigilant lorsque vous cliquez sur des e-mails et des SMS suspects, aussi légitimes qu’ils puissent paraître.

Internet en est encore à ses balbutiements, un paysage largement anarchique comme le Far West, avec des méchants qui se cachent derrière chaque rocher.

Ainsi, comme le sergent Phil Esterhaus avait l’habitude d’avertir ses patrouilleurs tous les matins dans l’émission policière classique Hill Street Blues :

Soyons prudent là-bas.

dailymail Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.