Rishi Sunak montre sa dernière carte électorale

Rishi Sunak, l’actuel Premier ministre britannique, est sur le point de rendre les armes. Sa cote de popularité disparaît rapidement, et son parti – le parti des Conservateurs, ou Tories en anglais – serait au bord d’une raclée électorale sans précédent lors des élections législatives du 4 juillet.

Et encore, « Il y a encore quelques personnes qui pensent que Rishi Sunak pourrait changer la donne »écrit le journaliste satirique Tom Peck pour Les temps. Ils sont même « de quoi former une véritable file d’attente », claque-t-il en précisant que« Ils attendent sur les plages du nord de la France, encore hésitants, au cas où les conservateurs gagneraient et seraient tous expédiés au Rwanda ».

Peur du vote français

Le ton est dur, mais Tom Peck s’appuie sur les déclarations de M. Sunak lui-même. Le Premier ministre a déclaré que « Les candidats à l’immigration clandestine faisaient la queue à Calais, attendant un gouvernement Starmer qui abandonnerait la politique (d’expulsion)