Skip to content
Rive-Nord |  Hydro-Québec utilise des drones pour dégivrer les lignes avant la tempête

(Québec) Un drone qui survole une ligne à haute tension et déverse un liquide antigivrage pour faire fondre la glace. Ce scénario aux allures de science-fiction est utilisé pour la première fois par Hydro-Québec sur la Côte-Nord.


Une importante tempête de verglas dimanche dernier a rendu trois des huit lignes à 735 000 volts de la Côte-Nord inopérantes. Ces lignes à haute tension sont essentielles pour acheminer l’énergie produite par les barrages de cette région.

Cette situation, qu’Hydro-Québec tente de corriger, a un impact à la baisse sur la production de deux centrales hydroélectriques et contraint la société d’État à réduire « un peu » ses exportations.

« La tempête de verglas a laissé des accumulations assez importantes, près de 10 cm à certains endroits. Par conséquent, nous avons trois lignes de transmission à haute tension qui sont hors service pour le moment », a déclaré jeudi un porte-parole d’Hydro-Québec, Francis Labbé.

La production des centrales La Romaine et Sainte-Marguerite-3 a dû être ralentie, car il était difficile d’acheminer leur production habituelle sur les cinq lignes restantes.

« Nous ne voulions pas surcharger les tronçons du réseau existant, d’autant plus que nous n’avons pas un besoin criant d’énergie en ce moment. Il ne fait pas -32″, note Francis Labbé.

Cependant, Hydro-Québec tente de rétablir au moins une, peut-être deux, des trois lignes touchées dès cette nuit-là, avant que la tempête annoncée ne frappe Québec.

« Nous avons essayé quelque chose que nous n’avions jamais essayé auparavant », a déclaré le porte-parole. Nous avons des drones qui vont déverser du liquide de dégivrage sur les parties avec de grandes couches de glace, pour nous aider. Ce sont des drones qui ont servi à autre chose. »

La société d’État utilise également une technique par laquelle un hélicoptère soulève un poteau qui heurte les fils pour faire tomber la glace. « Cela peut sembler simpliste, mais ça marche », dit M. Labbé.

Hydro-Québec assure qu’il n’y aura aucun problème pour les clients. La société d’État peut utiliser son réseau de distribution pour rediriger la production vers d’autres lignes. Il précise aussi que la consommation actuelle au Québec est d’environ 25 000 mégawatts, alors que le réseau est capable d’en produire 40 000.

Le porte-parole reconnaît cependant que ces lignes hors service ne représentent pas une situation idéale, la veille d’une tempête. Il indique que les exportations ont déjà été réduites « un peu ».

« Nous avons un peu réduit nos exportations, mais nous continuons à exporter à court terme et nous honorons tous nos contrats », note Francis Labbé.

« S’il y a une demande supplémentaire aux États-Unis dans les prochains jours, nous verrons dans quelle mesure nous avons l’énergie disponible pour y répondre », a-t-il déclaré. Mais en fait nous allons sécuriser la demande locale avant de nous tourner vers l’extérieur. Ce qui peut être disponible, tant mieux. Il est difficile de dire comment nous allons réagir. »


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.