Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Rolling Stone Weekly n°127 : Oies


Son amour pour cette musique a conduit le regretté batteur des Rolling Stones, Charlie Watts, à enregistrer une poignée de disques remarquables. Aujourd’hui, une Anthologie rend justice à cette carrière trop souvent reléguée dans l’ombre.

Embarqué dans le plus grand Cirque Rock’n’Roll du monde, Charlie Watts attendra d’avoir la quarantaine pour renouer avec le jazz. C’est en 1986 qu’il décide de révéler sa passion au grand public à travers un album. Le Live at Fulham Town Hall de Charlie Watts Orchestra résonne comme un hommage à tous les musiciens qu’il admire. « Stompin’ at the Savoy » (Edgar Sampson), « Lester Leaps In » (Lester Young), « Scrapple from the Apple » (Charlie Parker) ou encore « Flying Home » (Benny Goodman, Lionel Hampton, Sydney Robin) apparaissent sur la set-list. Derrière sa batterie, Charlie Watts n’est qu’un musicien comme les autres, même si le groupe porte son nom. Mais son swing fait des merveilles. À l’époque, les Stones étaient sur le point de se séparer, en proie à des querelles entre Jagger et Richards, mais il a passé un bon moment, réalisant son rêve le plus ancien.

En 1991, son From One Charlie est un deuxième hommage à son idole après Ode to a Highflying Bird, un livre illustré pour enfants qu’il avait publié en 1965. Il est suivi l’année suivante de A Tribute to Charlie Parker with Strings, des Charlie Watts. Quintette. Puis viendra l’excellent Chaleureux et tendre (1993) et Il y a longtemps et loin (1996), toujours avec son quintette, Charlie Watts-Jim Keltner Project (2000), Watts chez Scott (2004), L’ABC&D du Boogie Woogie – Live à Paris (2012) ou encore Charlie Watts Meets the Danish Radio Big Band, enregistré en direct au Danish Radio Concert Hall, Copenhague 2010 (2017). Autant d’albums qui laisseront de marbre les fans des Stones les plus bornés mais qui ouvriront des horizons insoupçonnés à quelques autres.

Peu importe. Le batteur aime le relatif anonymat dont il jouit dans cette carrière non parallèle. Il donne des interviews dans lesquelles, parfois agacé mais toujours avec une politesse très british, il élude les questions sur son « autre » groupe, préférant parler avec ferveur de ses idoles, Bird en tête. On le croise souvent à Paris, l’autre grande ville du jazz, où il se produit dans des clubs comme le New Morning ou encore Le Duc des Lombards – en septembre 2010. Assis derrière sa Gretsch, visiblement joyeux, il apporte une musique qui lui permet de libérer toute la finesse de son jeu. C’est ce qui se traduit aujourd’hui dans un double album, une merveille de swing et de cool, qui revisite les meilleurs moments de sa discographie solo. On y entend des musiciens triés sur le volet (dont son ami de toujours, David Green) qui proposent, entre autres, une réinterprétation toute en classe des grands standards du genre – lui-même volontairement en retrait. Une humilité qui force le respect.

L’âme des Rolling Stones a pris son envol le 24 août 2021, mais il ne fait aucun doute que, s’il était encore en vie, Charlie Watts aurait adoré les 22 plages de cette belle Anthologie, qui rend enfin hommage à l’autre facette de son immense talent. Et la (re)découvrir est sans aucun doute la meilleure façon de célébrer sa mémoire.

Alain Gouvrion

Retrouvez cet article sur Charlie Watts en intégralité dans notre numéro 154, disponible via notre boutique en ligne.

Anthologie de Charlie Watts est disponible

Voici la tracklist et la pochette :
  • CD 1
  1. Stompin ‘au Savoy
  2. rentrer à la maison
  3. Pratiquer, pratiquer, tout simplement génial
  4. Détente à Camarillo
  5. Blackbird–poussins blancs
  6. Cool Blues
  7. Tu me montes à la tête
  8. Si je dois te perdre
  9. MonShip
  10. Il y a longtemps (et très loin)
  11. Bonjour chagrin d’amour
  12. ne me laisse jamais partir
  1. Roy Haynes
  2. Airto
  3. Roulez-les Charlie
  4. quoi de neuf
  5. Tin Tin Déo
  6. Coucher de soleil et l’oiseau moqueur
  7. Prendre le train « A »
  8. Rockhouse Boogie (inédit)
  9. Ain’t Nobody Minding Your Store (précédemment inédit)
  10. Swindon Swing (précédemment inédit)

grb2 FR

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page