Skip to content
Sanctions canadiennes contre Moscou |  Une première confiscation des avoirs russes

(Ottawa) Le Canada va geler et confisquer 26 millions de dollars américains de Granite Capital Holdings, une société détenue par l’oligarque russe Roman Abramovich.


Ce sera la première fois que le gouvernement canadien utilisera les nouveaux pouvoirs qu’il s’est donnés en adoptant la Règlement sur les mesures économiques spéciales (Russie).

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, devra présenter une demande au tribunal pour confisquer définitivement les biens au profit de la Couronne.

Si les avoirs sont confisqués, le produit pourrait être utilisé pour financer la reconstruction de l’Ukraine et indemniser les victimes de l’invasion russe, a indiqué lundi un communiqué.

« Dès le début de la guerre, nous avons prévenu Poutine et ses complices qu’ils ne pouvaient pas échapper aux conséquences de leurs actes », a déclaré le chef de la diplomatie canadienne dans le même communiqué.

Sanctions canadiennes contre Moscou |  Une première confiscation des avoirs russes

ARCHIVES PHOTOS REUTERS

Roman Abramovitch

Le gouvernement s’est donné le pouvoir de geler et de confisquer les biens et avoirs des personnes sanctionnées grâce à de nouvelles dispositions présentées dans le budget fédéral de Chrystia Freeland en avril dernier.

« Les élites russes paient le prix de leur soutien au régime brutal de Poutine. Il est juste et approprié que les actifs russes soient utilisés pour aider à reconstruire l’Ukraine », a-t-elle déclaré lundi.

« Il est juste et approprié que les actifs russes soient utilisés pour aider à reconstruire l’Ukraine », a déclaré le vice-Premier ministre et ministre des Finances.

Le Canada a été le premier pays du G7 à adopter de telles mesures.

Le milliardaire Roman Abramovich est sur la liste sanctionnée d’Ottawa, permettant au gouvernement d’aller de l’avant.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.