Sébastien Cauet mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineurs suite à sa garde à vue

JUSTICE – Il vient de passer deux jours en garde à vue à la Brigade de Protection des Mineurs. Le célèbre animateur de radio et de télévision Sébastien Cauet a été mis en examen pour viols et agressions sexuelles sur mineurs ce vendredi 24 mai, indiquent RTL et BFMTV.

« Libération » a enquêté sur la véritable méthode Cauet au travail et a dénoncé des pressions et du harcèlement

Selon BFMTV, Cauet fait l’objet d’une « un contrôle judiciaire strict qui lui interdit d’être animateur radio ». Il doit également verser une caution de 100 000 euros, selon le même média, précisant que ses avocats comptent faire appel des termes de ce contrôle judiciaire.

Le parquet avait requis sa mise en examen pour trois viols, dont deux sur mineures de plus de 15 ans au moment des faits reprochés et une agression sexuelle sur mineure de plus de 15 ans. La mise en examen avait été demandée avec comme circonstance aggravante la minorité de victimes identifiées par le parquet, sur une période allant de 1997 à 2014.

L’animateur de 52 ans, figure connue de la radio depuis trente ans, a été le présentateur star de NRJ où il s’est fait remarquer avec ses sorties trash au micro… jusqu’à son retrait de l’antenne fin novembre, au lendemain des premières accusations de viol. Il conteste toutes ces accusations.

Autres accusations rejetées en raison du délai de prescription

Cauet est soupçonné d’avoir violé une jeune fille de 16 ans en novembre 2014 à Genève. Il est également accusé d’avoir violé une autre jeune fille de 15 ans en décembre 1997 à Paris et d’avoir agressé sexuellement une troisième jeune fille de 17 ans en décembre 2012. Il est également accusé du viol d’une adulte, née à Paris. Octobre 1973. Elle aurait été commise en 2011 à Paris.

D’autres femmes ont accusé l’animateur de violences sexuelles. Ces faits « ne font pas partie de la saisine du juge d’instruction, du fait de leur prescription »a expliqué le parquet de Paris.

Cauet se dit victime de dénonciation calomnieuse

Cauet a envoyé jeudi un communiqué de ses avocats aux médias, les appelant à « retenue ». « L’heure de la justice n’est pas l’heure des médias », ont fait valoir ses conseillers, MM. Xavier Autain et Simon Clémenceau. Ces derniers ont également tenu à souligner que leur client était parti « librement » avec les enquêteurs, « pour pouvoir répondre point par point, à toutes les questions posées ».

Dans cette affaire, Cauet se dit victime de cyberharcèlement, de dénonciation calomnieuse et de tentative d’extorsion. Il a porté plainte, débouchant sur l’ouverture de deux enquêtes préliminaires à Nanterre, pour lesquelles il a été entendu fin 2023.

Mais pour l’intéressé, ces investigations ne «fait l’objet d’un traitement diligent par le parquet de Nanterre». Il affirme toujours subir les délits dénoncés.

Voir aussi sur HuffPost :

Après son entretien avec Cauet sur BFMTV, le journaliste Benjamin Duhamel victime d' »intimidations »

« Libération » publie le témoignage d’une des femmes qui accusent Cauet de viols et d’agressions sexuelles