Sébastien Chenu évoque une liste de 50 métiers « sensibles » que le RN veut interdire aux binationaux

Sébastien Chenu évoque une liste de 50 métiers « sensibles » que le RN veut interdire aux binationaux

La proposition du Rassemblement national d’interdire certains métiers « sensibles » à la double nationalité concerne une cinquantaine de postes en France, a indiqué le député RN sortant Sébastien Chenu sur RMC-BFMTV ce jeudi 27 juin.

Si le RN remporte les élections législatives du 30 juin et du 7 juillet et entre au gouvernement, il veut créer « une liste de métiers, il peut y en avoir 50, qui sont des métiers extrêmement sensibles dans la gestion des services de renseignement, etc. », que les personnes ayant la double nationalité ne pourront pas occuper.

Sébastien Chenu a évoqué d’éventuelles « pressions, voire peut-être émotionnelles, familiales », pour des postes « dans la sécurité et le renseignement ».

« Nous ne voulons pas voir arriver un Franco-Chinois, un Franco-Russe, un Franco-Américain (à ces postes, Note de l’éditeur), car nous considérons que sa vie personnelle (…) ou sa binationalité peuvent le mettre dans une situation, à une époque, difficilement compatible avec cette exigence, avec cette sensibilité sur les affaires de France », a développé le vice-président. -président du Rassemblement National.

Attal fustige une « humiliation » pour les Français binationaux

Mardi, lors d’un débat sur TF1, Gabriel Attal a fustigé cette proposition du RN, jugeant que « 3,5 millions de Français binationaux se sont sentis insultés et humiliés ». « Le message que vous envoyez, c’est que lorsque nous sommes binationaux, nous sommes semi-nationaux, nous ne serions pas en fait de vrais Français et on ne nous ferait pas confiance pour occuper des postes à responsabilités », a déclaré le Premier ministre au président du RN. , Jordan Bardella.

Gabriel Attal a également rappelé que le groupe de Jordan Bardella au Parlement européen avait pour conseiller un Franco-Russe « qui assiste aux réunions » où sont discutées « des informations confidentielles sur la guerre en Ukraine ».

Un Français binational possède tous les droits et obligations attachés à la nationalité française. Actuellement, la double nationalité n’empêche pas l’accès aux emplois de la fonction publique.

Certaines professions, dites « de souveraineté » car liées aux fonctions régaliennes de l’État (défense, budget, sécurité, diplomatie), sont réservées aux Français, y compris aux binationaux. La décision de classer un poste en poste souverain est laissée à la discrétion de l’employeur, le plus souvent un ministère.

Pour le reste, les ressortissants européens peuvent passer des concours et devenir fonctionnaires. Les étrangers non européens peuvent également être recrutés dans la fonction publique, mais uniquement en tant que contractuels, un statut moins protecteur que celui des fonctionnaires.

Le RN assure ne plus vouloir remettre en cause la double nationalité

Le parti d’extrême droite a détaillé lundi sa mesure interdisant les « emplois sensibles » aux binationaux, sans remettre en cause la « double nationalité » comme il le proposait encore en 2022 et comme l’évoquait Sébastien Chenu mi-juin, avant de revenir sur ses propos.

Ce jeudi sur RMC-BFMTV, Sébastien Chenu a également assuré qu' »il n’y a aucun problème pour les agents de la fonction publique dans notre pays, qu’ils soient nationaux ou binationaux ».

En janvier, le parti a cependant déposé un projet de loi qui prévoit la possibilité d’interdire l’accès aux emplois dans les administrations publiques et les entreprises aux Français ayant la nationalité d’un autre Etat. « 3,3 millions de Français pourraient demain se voir refuser l’accès à l’emploi », selon les estimations de la CFDT.

Article original publié sur BFMTV.com