Skip to content
Seibold regrette d’avoir quitté Souths, Barrett admet que Dogs est responsable de la sécheresse de Foxx




Anthony Seibold a admis que c’était une erreur de quitter South Sydney fin 2018 après avoir remporté Dally M Coach of the Year et les avoir emmenés en finale pour une offre lucrative à Brisbane.

Son passage avec les Broncos s’est terminé brusquement moins de deux saisons dans son contrat de cinq ans avec l’équipe implosant sur le chemin de la première cuillère en bois du club en 2020.

«Il y a tellement de choses qui se sont passées sur lesquelles je repense et auxquelles je réfléchis. Je regrette d’avoir quitté South Sydney », a déclaré Seibold à Fox Sports.

« J’ai pris une décision commerciale. Je n’ai pas pris de décision avec mon cœur, j’ai pris une décision avec ma tête et ça a pris la forme d’une poire. Il y a beaucoup de raisons à cela, mais je dois lever la main car, en fin de compte, je suis la principale raison pour laquelle il a pris la forme d’une poire.

« Je regrette certaines choses d’avoir quitté South Sydney, je ferais certaines choses différemment. Je ferais certaines choses différemment, je ferais certaines choses de la même manière aux Broncos.

Il est passé à l’union de rugby en tant qu’assistant de son compatriote Eddie Jones avec l’équipe nationale masculine d’Angleterre, mais a laissé la porte ouverte pour un retour dans la LNR si la bonne opportunité se présente.

(Photo de Mark Metcalfe/Getty Images)

Barrett dit que les chiens sont responsables de la sécheresse de Foxx

Canterbury sait que la clé pour mettre fin à la plus longue sécheresse de la carrière de Josh Addo-Carr n’est pas aussi simple que d’obtenir plus de balles pour l’homme le plus rapide du match.

Il s’agit d’un bon ballon, dans un bon espace. Addo-Carr participera au traditionnel affrontement du Vendredi Saint contre South Sydney sans essai lors de ses sept derniers matchs.

Cinq d’entre eux portaient les couleurs des Bulldogs, la sécheresse remontant à la première semaine de la finale l’an dernier au Storm.

C’est loin de l’Addo-Carr qui a marqué 23 essais en 22 matchs la saison dernière. Ou l’homme qui, lors d’un match contre les Rabbitohs l’an dernier, a réussi six essais à lui tout seul.

Faire le travail avec le ballon en main n’a pas été un problème pour Addo-Carr. Notamment, il en fait plus que dans toute autre année de sa carrière, prenant plus de 13 courses par match.

Son métrage est également en hausse, aidant les Bulldogs à sortir de leur propre fin alors qu’ils cherchent à mettre fin à leur séquence de quatre défaites consécutives. Mais surtout, il s’agit de savoir où il l’obtient.

Sur les 44 balles jouées par Canterbury dans la moitié de terrain de Penrith la semaine dernière, la balle n’a pas du tout été passée à Addo-Carr. En fait, le dépliant des Bulldogs ne l’a touché que trois fois dans la moitié de terrain adverse.

Deux fois quand il est allé à la moitié factice et est passé du sol, et une fois de plus quand il s’est libéré de son propre côté et a mis Joe Stimson dessus.

À une occasion en seconde période, Addo-Carr s’est déplacé derrière le jeu et à travers le terrain pour chercher le ballon avec les Bulldogs en attaque, mais n’a toujours pas pu le trouver.

C’est quelque chose que les Bulldogs savent qu’ils doivent trouver une solution, avec plus de moyens pour faire entrer Addo-Carr dans l’espace libre.

« Nous faisons. Et évidemment, avec Josh, une grande partie de l’espace qu’il obtient est créée par les gars à l’intérieur de lui », a déclaré l’entraîneur Trent Barrett. « Il va en être le bénéficiaire.

«Plus nous pouvons déplacer le ballon et mieux nous pouvons y arriver et meilleure est la position sur le terrain que nous pouvons obtenir. C’est aussi gagner le droit de jouer. Nos attaquants ont le devoir de prendre de l’élan avant que nous puissions changer de pied.

« Tout est lié, et les 17 doivent bien jouer pour que les individus jouent bien. »



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.