Skip to content
Sommet du G7 |  Le Canada veut aider d’autres pays à s’éloigner du pétrole et du charbon russes

(Elmau) Le Canada envisage de développer de nouvelles infrastructures pour aider d’autres pays à s’éloigner du pétrole et du charbon russes, a déclaré mardi le Premier ministre Justin Trudeau à la suite du sommet du G7 en Allemagne, qui portait sur le conflit en Ukraine.

Publié à 6h51
Mis à jour à 9h23

Laura Osmann
La Presse Canadienne

Dans leur communiqué final pour la réunion, les dirigeants du G7 ont déclaré qu’ils travaillaient pour que la Russie n’exploite pas sa position de producteur d’énergie pour profiter de son agression au détriment des pays vulnérables.

Le conflit a mis à rude épreuve les marchés de l’énergie en Europe et la sécurité de l’approvisionnement dans le monde.

Au cours du sommet de trois jours, les dirigeants ont convenu d’envisager un plafond sur le prix du pétrole brut et du pétrole en provenance de Russie, et même une interdiction complète du pétrole et du charbon russes.

« Le Canada, en tant que producteur de pétrole et de gaz, s’assure qu’à court terme, nous faisons ce que nous pouvons pour atténuer les pressions », a déclaré Trudeau lors d’une conférence de presse de clôture. Sommet.

«Nous cherchons également à moyen terme à étendre certaines infrastructures, mais d’une manière qui atteigne cet objectif à moyen et long terme d’accélérer la transition, non seulement du pétrole et du gaz russes, mais de toute notre dépendance aux combustibles fossiles. . »

Les dirigeants ont convenu qu’il n’était pas question de faire des compromis sur les objectifs en matière de climat et de biodiversité pour faire face à la crise énergétique croissante.

L’idée d’interdire le pétrole russe n’est encore qu’en discussion et doit être mise en œuvre avec précaution pour atténuer les retombées potentielles pour les pays vulnérables dépendant de la Russie.

Trudeau a déclaré que le Canada restait déterminé à soutenir l’Ukraine dans la défense de sa souveraineté et de son intégrité territoriale.

« Il est important que le monde ne perde pas son attention sur ce qui se passe en Ukraine. Nous devons rester engagés jusqu’à ce que l’Ukraine et la démocratie prévalent », a déclaré Trudeau lors d’une conférence de presse.

Il a annoncé mardi plus d’argent pour l’Ukraine, dont un prêt de 200 millions par le biais du Fonds monétaire international.

En plus du prêt au gouvernement ukrainien, le Canada fournit 75 millions de dollars en aide humanitaire pour soutenir les opérations en Ukraine et dans les pays voisins.

Plus tôt lors du sommet, Trudeau a annoncé une aide agricole de 52 millions de dollars, y compris du matériel mobile pour augmenter la capacité de stockage des céréales et aider à fournir des tests de diagnostic rapides et à surveiller les maladies animales pour permettre la certification des exportations.

« Nos agriculteurs font généralement face à de grands défis et se sont montrés inventifs et créatifs. Nous apporterons donc cette expertise à l’Ukraine pour aider autant que possible », a déclaré Trudeau.

Le Canada verse également 15 millions de dollars pour aider à financer les efforts de déminage et 9,7 millions de dollars pour ceux qui traquent les violations des droits de la personne en Ukraine.

Les dirigeants ont également convenu d’intensifier les efforts pour atténuer la hausse des prix des denrées alimentaires et les pénuries, qui ont été exacerbées par la guerre.

Ils prévoient d’étendre leurs programmes de réinstallation pour accueillir les millions de réfugiés ukrainiens qui ont été déplacés par le conflit.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.