sur « Grand dimanche soir », rires et sanctions – Libération

Médias

Article réservé aux abonnés

L’humoriste a été notifié mardi de son licenciement pour faute grave de France Inter en raison de « déloyauté répétée » après sa plaisanterie sur Netanyahu. Une phrase qui choque en interne, notamment au sein de l’émission de Charline Vanhoenacker, dont l’avenir semble très incertain.

« Fin du faux suspense. » Ce mardi 11 juin, Guillaume Meurice nous fait parvenir la sentence reçue quelques minutes plus tôt par mail. « Décision de licenciement anticipé pour faute grave », lui a écrit du service des ressources humaines de Radio France. La faute grave ? UN « déloyauté répétée », selon les propos de la PDG de la radio publique Sibyle Veil dans un mail envoyé quelques minutes plus tard à ses salariés. C’est le verdict final, après plusieurs mois de turbulences, de la polémique autour de la blague. «Nazi sans prépuce» visant Benyamin Netanyahu, réalisé le 29 octobre dans l’émission France Inter le Grand Dimanche soir.

Après un avertissement de Sibyle Veil à l’automne, un avertissement d’Arcom et une plainte pour « incitation à la haine » finalement licencié, Guillaume Meurice a été licencié p