Skip to content
Taïwan accuse la Chine de simuler une attaque, Pékin interrompt sa coopération avec nous sur des questions clés concernant la visite de Pelosi

Par CNBCTV18.com IST (Publié)

mini

En réponse à la visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, à Taïwan, la Chine a suspendu le dialogue et la coopération sur plusieurs accords, y compris sur le changement climatique

Un jour après que la Chine a déclaré qu’elle mettait fin au dialogue avec les États-Unis sur une foule de questions critiques, notamment le changement climatique, les efforts anti-drogue et les questions militaires, en réponse à la récente visite de la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi, à Taiwan, Taipei a accusé l’armée chinoise de simuler une attaque sur son île principale.

Le ministère de la Défense nationale de Taïwan a déclaré dans un communiqué que l’Armée populaire de libération (APL) de Chine avait envoyé samedi « plusieurs » navires de guerre et avions dans le détroit de Taïwan, a rapporté Al Jazeera.

Selon le ministère, Taïwan a tiré des fusées éclairantes vendredi soir pour avertir sept drones qui ont été aperçus au-dessus des îles Kinmen le long de la côte est de la Chine et d’autres avions non identifiés survolant les îles Matsu.

« Possible attaque simulée », a déclaré le ministère.

La Chine a mené des exercices militaires à grande échelle après la brève visite de Pelosi sur l’île autonome revendiquée par la Chine comme la sienne. La visite de Pelosi a exaspéré Pékin qui a lancé des exercices militaires sans précédent, notamment en tirant des missiles balistiques sur la capitale, Taipei, une décision condamnée par les États-Unis et d’autres alliés occidentaux.

A LIRE AUSSI :

Les médias chinois ont déclaré que les exercices, qui ont commencé cette semaine, font partie des répétitions du plan de guerre. La Chine devrait poursuivre les exercices jusqu’à dimanche midi, a rapporté Reuters.

Dialogue suspendu

Malgré les avertissements chinois, Pelosi s’est rendu à Taïwan mercredi, devenant le visiteur américain le plus important en 25 ans sur l’île.

Pékin revendique Taïwan comme son territoire et s’est engagé à le reprendre par la force, si nécessaire.

Réagissant furieusement à la visite de Pelosi, la Chine a suspendu le dialogue et la coopération sur plusieurs accords, y compris sur le changement climatique.

L’année dernière, les deux superpuissances, qui sont également les deux plus grands pollueurs du monde, se sont engagées à collaborer pour accélérer l’action climatique au cours de cette décennie. Les deux pays ont promis de se rencontrer régulièrement pour « faire face à la crise climatique ».

Réagissant à la décision de la Chine, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré que le monde exigeait que les deux superpuissances continuent de travailler ensemble.

« Pour le secrétaire général, il n’y a aucun moyen de résoudre les problèmes les plus pressants du monde sans un dialogue et une coopération efficaces entre les deux pays », a déclaré à l’AFP Stéphane Dujarric, porte-parole de Guterres.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a également annoncé sa décision de suspendre les échanges sur la lutte contre la criminalité transfrontalière et le trafic de drogue, une décision qualifiée par les États-Unis d ‘ »irresponsable ».

Les mesures prises par la Chine comprennent également l’annulation des futurs appels téléphoniques et des réunions entre les dirigeants de la défense des deux pays, pour lesquels aucune date future n’a été annoncée, a rapporté CNN.

La Chine a également annulé les réunions navales annuelles dans le cadre du mécanisme de consultation maritime militaire sino-américain.

Sanctions contre Pelosi

La Chine a également imposé des sanctions à Pelosi et à sa famille immédiate en réponse à ce que le ministère chinois des Affaires étrangères a décrit comme une « provocation flagrante ».

« En réponse à la provocation flagrante de Pelosi, la Chine décide d’adopter des sanctions contre Pelosi et les membres de sa famille immédiate conformément aux lois pertinentes de la République populaire de Chine », a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué.

La déclaration, cependant, n’a pas fourni de détails spécifiques sur la nature des sanctions contre le président de la Chambre des États-Unis.


cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.