Taylor Swift n’a pas attendu le département des poètes torturés pour prouver qu’elle est poète

MUSIQUE – Avec un nom comme ça – Le Département des poètes torturés dans la langue de Molière, le ton est donné. Taylor Swift a sorti ce vendredi 19 avril son nouvel album très attendu. Le département des poètes torturés. L’occasion pour la chanteuse américaine de rappeler qu’elle est plus qu’une pop star : elle est poète.

Taylor Swift s’est toujours identifiée comme auteur-compositeur avant d’être chanteuse. Elle se qualifie désormais de poète en signant les messages promotionnels de son album « le président du Département des poètes torturés ». Mais elle n’a pas attendu son nouvel album pour écrire des chansons comparables à des poèmes en vers ou en prose. Dès le début de sa carrière en 2005, Taylor Swift s’est fait remarquer pour ses talents de parolière.

À tel point qu’aujourd’hui, plusieurs universités, dont les prestigieuses Harvard et Stanford, proposent des cours d’analyse des paroles de ses chansons, au même titre que les grands textes de la littérature.

Taylor Swift, star des études littéraires

Elly McCausland, professeur de littérature anglaise à l’université de Gand en Belgique, et créatrice du site Swifterature, est la première à donner un cours sur Taylor Swift en Europe. Pour elle, qualifier la star de poète n’est pas surprenant. « Il y a plusieurs siècles, la poésie était un médium oral, parlé avant d’être écrit et souvent mis en musique. D’une certaine manière, Taylor Swift revient aux racines de la poésie »elle a dit à HuffPost dans la vidéo en tête d’article.

Bien que tous les auteurs-compositeurs puissent, dans un certain sens, être considérés comme des poètes, Taylor Swift constitue un sujet d’étude particulièrement pertinent pour les professeurs de littérature. Déjà, parce qu’elle leur donne beaucoup de matière avec ses 243 chansons (d’après les récits de Pierre roulante), qu’elle a écrit ou co-écrit.

Mais c’est surtout son style d’écriture sophistiqué, sans en avoir l’air, qui se prête bien à l’analyse. Elly McCausland, par exemple, met en avant son utilisation d’un vocabulaire anglais complexe et de techniques littéraires souvent associées à la poésie classique. « Elle utilise beaucoup de métaphores et de comparaisons, ce qu’on appelle le langage figuratifnote le professeur. Mais elle le fait d’une manière à laquelle nous n’y pensons même pas. C’est subtil. Ses chansons sont faites de couches, et quand on les décolle, on découvre plein d’idées intéressantes. »

Pop poétique

Ses albums folklore Et toujours, sorti par surprise en pleine pandémie de Covid, a ravi les critiques et non-adeptes du chanteur, grâce à leur instrumentalisation folk et leurs textes très poétiques. Ceux-ci ont également inspiré le jeu « Shakespeare ou Taylor Swift » sur TikTok, où les élèves doivent deviner si une phrase vient de la plume de William Shakespeare ou de Taylor Swift.

Mais même dans ses chansons plus pop et « simple », Taylor Swift travaille minutieusement ses paroles.  » Elle est douée pour prendre des expressions ou des concepts courants et jouer avec eux. »explique Elly McCausland, citant la chanson Sorti du bois de l’album 1989.

En anglais, l’expression « nous sommes sortis du bois » (littéralement « nous sommes sortis du bois ») signifie être en sécurité, que le plus dur est passé. « Elle explore cette métaphore d’un point de vue littéral. Elle parle des bois, dans le premier sens du terme. Elle chante « Les monstres se sont avérés n’être que des arbres » et dans le clip, elle traverse une forêt sombre qui l’attaque et les branches s’enroulent autour d’elle.explique le professeur.

« Elle prend une phrase que nous utilisons beaucoup en anglais et elle explore ses racines, sans jeu de mots, et ce qui se passe lorsque vous littéralisez une expression idiomatique », poursuit l’expert. Pour l’auditeur non averti, et plus encore pour les non-anglophones, la musique de Taylor Swift peut sembler à première vue être « juste des chansons entraînantes sur l’amour, les relations, la vie »mais selon Elly McCausland, « ils méritent une lecture plus approfondie ».

Le département des poètes torturésl’album le plus poétique ?

Avec Le département des poètes torturés, inutile de creuser bien loin : elle assume son image de poète et ne cache plus ses références littéraires. L’une des chansons bonus s’appelle par exemple L’Albatrosréférence directe au poème La complainte du vieux marin par Samuel Taylor Coleridge, ou encore L’Albatros de Charles Baudelaire.

Avant de le découvrir ce 19 avril, fans et universitaires ont imaginé un album encore plus poétique, dans la continuité de folklore Et toujours. Elly McCausland attend également une œuvre « très méta » avec des chansons dans lesquelles Taylor Swift écrit sur l’écriture.

« Je me demande si elle n’a pas vu tout l’intérêt qu’elle suscite académiquement depuis deux ans et si elle ne se moque pas de nous d’une certaine manière en se disant ‘je vais donner de quoi parler à ces profs’. à propos de », demande le professeur de littérature en riant. La chanteuse et reine de la promotion semble bien consciente de son image de poète des temps modernes.

Elle y joue volontairement depuis l’annonce de son nouvel album, comme en témoigne la bibliothèque pleine de livres et de manuscrits qu’elle avait installée au cœur de Los Angeles. Avec Le département des poètes torturés, Taylor Swift cherche autant à montrer ses talents d’écrivain qu’à inciter les gens à les écouter. Comme elle l’écrit si bien : « Tout est permis en amour et en poésie ». Et en communication aussi.

Voir aussi sur HuffPost :