Skip to content
Test COVID-19 : le secteur privé profite de la ruée

Lorsqu’attendre des heures dans le froid pour un test COVID n’est pas une option, ce sont souvent les entreprises locales et leur service au volant qui en profitent.

• Lire aussi : Monstre engouement pour les tests rapides

• Lire aussi : Guide rapide de dépistage : quand utiliser un test rapide

« Les gens sont malades, les tests d’antigènes ont été deux fois plus populaires la semaine dernière », a déclaré Daniel Selcer, patron de Go Test Rapide.

Il dessert désormais 4 000 clients par jour, à la fois des clients au volant et des clients commerciaux.

Ouverte depuis mai, l’entreprise compte huit sites où les clients peuvent se rendre au Québec, et bientôt 10.

Les 150 salariés de la jeune entreprise ont vu 1200 voitures par jour depuis jeudi dernier. Les gens paient 75 $ pour un test rapide d’antigène et 175 $ pour un test PCR.

« C’est 75 % d’antigènes, 25 % de PCR », explique Selcer.

Chez Test Mobile, autre entreprise du genre, le patron Alex S. Hamout note que « beaucoup de gens qui n’ont pas leur place dans le public viennent vers nous ».

Elle a deux sites à Montréal. Les prix sont quasiment les mêmes que chez Go Test Rapide, sauf que pour 70$ de plus, un des 20 employés de Test Mobile vient chez vous.

« Depuis l’annonce de jeudi dernier, nous avons triplé notre volume de tests », déclare Hamout.

La clientèle s’est également diversifiée. Avant la baisse au Québec des rassemblements de Noël de 20 personnes, 90 % des clients étaient des voyageurs. Hier, cette proportion était tombée à 65 %.

Et c’est sans compter l’annonce d’hier.

Test Mobile traite désormais 1 000 à 1 500 personnes par jour.


Test COVID-19 : le secteur privé profite de la ruée

L’antigène très populaire

Évidemment, les trousses offertes gratuitement en pharmacie sont arrivées un peu tard aux yeux des Québécois.

« Les tests d’antigènes sont vraiment demandés, les gens n’en trouvent pas et ne veulent pas attendre deux heures dans le froid entourés de malades », précise le patron de Test Mobile.

Un entrepreneur de Drummondville constate la même chose, mais à plus petite échelle.

» Puisque [hier] matin, la ligne ne sonne plus, je n’ai presque plus de voix », lance la fondatrice de Drummond Medic, Caroline Gosselin.

La dame a lancé son entreprise d’infirmières, de tests sanguins, de dépistage de drogues et d’alcool en 2014.

Il ne propose des tests d’antigène COVID ou de PCR que depuis trois mois.

Même si elle explique aux gens qui l’appellent qu’un test d’antigène est efficace surtout pour ceux qui présentent des symptômes, elle le vend en bonne quantité.

« Puisque c’est là, je serai bientôt en rupture de stock », a-t-elle déclaré.

Là aussi, il y a moins de voyageurs qu’il y a quelques jours.

« Les gens nous appellent parce qu’ils ont mal à la gorge et veulent se faire dépister avant de se rendre à leur fête de famille », explique Mme Gosselin.

Elle reçoit également de nombreux appels d’équipes sportives dont les membres ont été en contact avec une personne diagnostiquée positive.

Sur Facebook Marketplace, l’infirmière Mélanie Gosselin, sœur du propriétaire de Drummond Medic, a posté une annonce il y a une semaine. Au nom de l’entreprise, elle propose de venir aux clients pour 100 $ pour les faire tester pour les antigènes.

« Elle a reçu beaucoup d’appels, confirme Caroline Gosselin.

A voir aussi


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.