Skip to content
Test du robot suiveur solaire EcoFlow : bip, blop, stop !


Les panneaux solaires sont plus efficaces que jamais, avec des options grand public désormais capables de convertir jusqu’à 25 % de la lumière du soleil frappant les cellules en électricité. Mais ces taux d’efficacité supposent que les panneaux sont pointés directement vers le soleil, ce qui est rarement le cas lors de son parcours en arc dans le ciel.

L’EcoFlow Solar Tracker résout ce problème avec un bras robotique motorisé et auto-alimenté qui maintient vos panneaux solaires à un angle parfait de 90 degrés par rapport au soleil. Son capteur se verrouille automatiquement sur le soleil du crépuscule à l’aube, ce qui permet à la machine à deux axes de soulever et de faire tourner vos panneaux solaires en parfaite harmonie. Cela se traduit par 30 % d’énergie en plus produite par vos panneaux existants, selon EcoFlow.

Soyez averti, cependant : ce robot bavard coûte 3 399 $. Il n’est pas non plus aussi portable que le prétend la société, et il a été confus par les nuages ​​et les reflets au cours de ma semaine de test.

EcoFlow décrit le robot solaire comme portable, affirmant qu’il peut être « plié, plié et transporté facilement ». Il appuie l’affirmation avec une image mal photoshoppée sur sa page produit de quelqu’un portant avec désinvolture l’ensemble de l’assemblage dans une main – du bout des doigts, rien de moins. L’image est un mensonge.

Test du robot suiveur solaire EcoFlow : bip, blop, stop !

Test du robot suiveur solaire EcoFlow : bip, blop, stop !

Pour commencer, le Solar Tracker pèse 55 livres (25 kg) sans pour autant les panneaux installés. Cela en fait un travail à deux pour déplacer le robot peu maniable. Et même avec les bras du panneau repliés, il est beaucoup plus grand que cette image ne le ferait croire, mesurant environ 25,5 x 56,5 x 40 pouces (65 x 143 x 101 cm).

Il m’a fallu environ 2,5 heures pour assembler complètement le Solar Tracker et ajuster les bras pour maintenir en toute sécurité les panneaux solaires EcoFlow fournis par la société pour les tests. Vous devrez le démonter partiellement en deux morceaux pour transporter en toute sécurité le tracker dans les escaliers ou à l’intérieur d’une voiture. Heureusement, la séparation du cadre qui maintient les panneaux solaires du bras robotique peut être accomplie en quelques minutes en dévissant une poignée de boulons faciles à manipuler. Pourtant, l’EcoFlow Solar Tracker est à peu près aussi portable qu’un téléviseur de 65 pouces ; bien sûr, vous pouvez le déplacer (avec précaution), mais ce n’est pas quelque chose que vous voudrez faire fréquemment.

Test du robot suiveur solaire EcoFlow : bip, blop, stop !

Le robot assure une efficacité maximale.

Test du robot suiveur solaire EcoFlow : bip, blop, stop !

Le capteur de lumière pensait que cette réflexion était le soleil.

Ma configuration de test poussait déjà la définition de la portabilité à l’extrême. J’ai utilisé un panneau solaire pliable de 35,3 livres (16 kg) de 400 W d’EcoFlow qui mesure 42 x 94,1 x 1 pouces (106,8 x 239 x 2,4 cm) déplié, ou 42 x 24,4 x 1 pouces (106,8 x 62 x 2,4 cm) lorsqu’il est plié à l’intérieur une mallette de transport qui sert également de béquille. Ce panneau de silicium monocristallin géant a ensuite été câblé au robot, qui a alimenté la puissance collectée à une batterie portable Delta Pro de 100 livres (45 kg), la centrale électrique haut de gamme d’EcoFlow équipée d’une poignée télescopique en forme de bagage et de roues pour transports plus faciles. Le panneau solaire de 1 199 $ et la batterie de 3 699 $ constituent un générateur d’énergie sérieux pour les personnes ayant de sérieux besoins en électricité hors réseau. L’ajout du Solar Tracker à 3 399 $ au mélange rend le tout plus permanent et efficace.

Les jours ensoleillés à majoritairement ensoleillés, le robot fonctionne très bien. Le Solar Tracker prend vie dès que le soleil levant frappe le capteur de lumière surélevé, ce qui fait que le bras à deux axes du bot fait pivoter le panneau solaire dans l’angle optimal pour collecter la lumière du soleil. Cela a permis au panneau de 400 W que j’utilisais de produire entre 310 et 330 W de puissance continue pour la batterie Delta Pro toute la journée sans subir les pics et les creux de puissance que vous obtenez en repositionnant manuellement les panneaux portables toutes les quelques heures. Le robot a fait tout le travail, alimenté par une batterie interne qui est maintenue chargée par le panneau solaire.

Les jours sans nuage, la batterie d’une capacité de 3,6 kWh du Delta Pro se chargeait à un rythme d’environ 10 % par heure. Le Solar Tracker équipé des panneaux de 400 W peut facilement alimenter un ordinateur portable, un téléphone, un réfrigérateur portable, un ventilateur et Internet Starlink avec suffisamment d’énergie résiduelle pour maintenir la batterie rechargée à 100 % pour continuer la fête longtemps après le coucher du soleil.

Le suivi n’est cependant pas infaillible. Loin de là.

Une fois, j’ai vu mon robot de test se débattre avec le soleil se reflétant sur une bande d’aluminium qui encadre le bâtiment voisin. Ce n’est que lorsque j’ai protégé le capteur du reflet avec ma chemise qu’il s’est verrouillé sur la grosse boule de plasma brûlant dans le ciel.

Les nuages ​​se sont également avérés être un problème, comme vous pouvez le voir dans le timelapse ci-dessous. Le Solar Tracker s’est bien réveillé en ce matin particulièrement ensoleillé mais a perdu son verrouillage sur le soleil quelques heures plus tard après l’arrivée des nuages, ce qui a fait biper le robot sans cesse pour m’informer qu’il était en mode recherche. Il l’a fait à plusieurs reprises tout au long de l’après-midi, en émettant des bips en continu. Bizarrement, lorsque le robot perd la trace du soleil, il ne retombe pas sur une trajectoire estimée. Au lieu de cela, il agit comme si le soleil tombait du ciel et doit rechercher tout l’hémisphère pour le retrouver, en émettant des bips tout le temps.


Regardez les nuages ​​arriver et vaincre le traqueur solaire, ce qui oblige le robot à chasser tout le ciel.

Une chasse dont j’ai été témoin a fait biper le tracker sans arrêt pendant au moins cinq minutes à raison d’un bip par seconde. Ce bip s’est avéré être une telle nuisance au cours de la journée que deux voisins ont sonné à ma porte pour se plaindre. (Ici à Amsterdam, la climatisation est extrêmement rare, et les fenêtres ouvertes sont la norme.) J’ai finalement dû débrancher la foutue chose par courtoisie avant de reprendre mes tests quelques jours plus tard après le retour du ciel sans nuages.

Le robot est programmé pour émettre un bip continu lors de la mise sous tension, de la mise hors tension, de la recherche de lumière ou du retour à la position de départ. Je sais que c’est pour la sécurité, alertant quiconque à proximité que la monstruosité est en mouvement. Mais ce n’est pas une camionnette de livraison de cinq tonnes qui recule aveuglément, et vous pouvez déjà entendre le moteur chaque fois que le robot lent est actif. Malheureusement, il n’y a aucun moyen de désactiver le bip manuellement ou via l’application EcoFlow. Dommage car cela rend le tracker solaire inutilisable sur mon toit-terrasse, un endroit qui pourrait vraiment bénéficier d’un combo tracker solaire et batterie après l’avoir rénové, évitant ainsi le temps et l’argent nécessaires pour câbler l’espace en électricité.

EcoFlow indique qu’il est possible d’ajouter une option pour contrôler les alertes sonores via une future mise à jour du firmware. Mais si le bruit est un dealbreaker pour vous, alors je ne parierais pas 3 399 $ sur un peut-être.

Autres mentions utiles :

  • EcoFlow indique que le robot peut résister à des vitesses de vent allant jusqu’à 30 mph (50 km/h).
  • Il a un indice de protection IP54, ce qui signifie qu’il résistera à la pluie et à la poussière, mais vous ne devriez pas l’arroser.
  • EcoFlow indique que le Solar Tracker peut également être équipé de panneaux solaires flexibles ou rigides provenant de divers producteurs tiers, à condition que le panneau pèse moins de 55 livres (25 kg) et mesure moins de 43 pouces (1,1 mètre) de largeur.

En tant que concept, je suis complètement convaincu de la capacité du Solar Tracker à optimiser la conversion des panneaux solaires frappant la lumière du soleil en énergie. Malgré la revendication de portabilité d’EcoFlow, son poids et sa taille peu maniable en font une installation semi-permanente sur un chantier occupé ou une cabine éloignée, par exemple. N’importe quel endroit où ces bips chroniques n’ennuieront pas vos voisins.

L’anxiété de charge solaire pour quiconque se déconnecte du réseau pendant un week-end ou plus est aussi réelle que l’anxiété d’autonomie ressentie par les propriétaires de véhicules électriques. Et devoir constamment repositionner les panneaux portables vers le soleil toute la journée pour optimiser la charge est un plus ennuyeux du doux insaisissable que nous recherchons tous. Un robot de suivi véritablement portable qui maximise l’efficacité des panneaux portables utilisés par les van-lifers et les campeurs de week-end en voiture serait le bienvenu. Malheureusement, le Solar Tracker n’est pas cela, malgré les affirmations d’EcoFlow.

Photographie de Thomas Ricker / The Verge


Entertainment

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.