Skip to content
Tramway de Québec |  « Le Premier ministre a décidé »

(Québec) C’est François Legault qui a mis fin au débat et autorisé le décret permettant à la Ville de Québec d’aller de l’avant avec son projet de tramway, sans aucune condition.

Publié à 10h38

Tramway de Québec |  « Le Premier ministre a décidé »

Charles Lecavalier
La presse

« Le Premier ministre a tranché », a lâché jeudi le ministre de l’Economie Pierre Fitzgibbon en point de presse.

M. Fitzgibbon est lui-même un partisan du transport en commun. « Des tramways, on en veut partout. […] On va avoir le tram, tout le monde est content. J’ai toujours dit que j’étais pour les transports en commun, ça fait partie de notre programme pour décarboner le Québec », a-t-il déclaré à la presse parlementaire.

Tramway de Québec |  « Le Premier ministre a décidé »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Pierre Fitzgibbon

La veille, le Conseil des ministres a signé un document réglementaire qui autorise la Ville de Québec à lancer des appels de propositions pour la fourniture de matériel roulant et la construction des infrastructures du réseau de tramway, un projet de près de 4 milliards. Mais surprise, ce document ne contenait aucune condition, contrairement à ce que réclamaient trois ministres de la Capitale-Nationale deux semaines plus tôt.

Une déclaration du ministre Éric Caire avait mis le feu aux poudres : « Le maire de Québec dit qu’il ne veut pas faire la guerre à l’automobile, alors qu’il le prouve et arrête de polluer la vie des automobilistes avec des projets comme ça », avait-il déclaré auparavant. Cette sortie où la CAQ réclamait la suppression d’une rue partagée de 500 mètres au coeur de la ville de Québec a été faite à un moment où le Parti conservateur du Québec d’Éric Duhaime — qui fait campagne contre le tramway — gagne en popularité dans la région.

Tourner autour

C’est tout un revirement. Mardi, le ministre de l’Énergie et député de Charlesbourg, Jonatan Julien, a demandé qu’une majorité de citoyens, « 50 % +1 », appuient le projet, et François Legault en a fait une condition.

Mais le maire de Québec, Bruno Marchand, avait des alliés. Les partis d’opposition à l’Assemblée nationale prennent fait et cause pour le projet de tramway. L’Union des municipalités du Québec et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, sont également sorties pour défendre l’autonomie municipale et appuyer M. Marchand.

Pierre Fitzgibbon a reconnu que les gens du caucus « ont leur opinion ». Mais depuis qu’une décision a été prise, « à un moment donné, on se rejoint ».


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.