Skip to content
troisième médaille pour le skieur Arthur Bauchet

Le grand espoir du paraski alpin français Arthur Bauchet, 21 ans, a décroché jeudi le bronze en slalom géant de ski alpin, son troisième podium aux Jeux paralympiques de Pékin.

Et trois ! Après l’or en descente et en super-combiné, le skieur français Arthur Bauchet a décroché jeudi 10 mars une troisième médaille aux Jeux paralympiques de Pékin (4-13 mars), avec le bronze en slalom géant (catégorie debout) malgré d’intenses douleurs aux jambes. jambes.

L’athlète de 21 ans à la jovialité communicative, licencié au ski club de Briançon, a été devancé par le Finlandais Santeri Kiiveri, médaillé d’or, et l’Américain Thomas Walsh, en argent.

« Cette médaille, elle vient de très, très loin. J’y suis vraiment allé » car j’ai été poussé jusqu’à « mes derniers retranchements » mentalement et physiquement, a confié le jeune athlète. « Elle a vraiment le goût de l’or pour moi. »

Sixième seulement après la première course jeudi matin, il a pu rattraper une partie de son retard sur ses concurrents les mieux placés.

Juste après la ligne d’arrivée, cependant, le jeune skieur s’est effondré car la douleur dans ses jambes était devenue insupportable. Il a dû être placé dans un fauteuil roulant.

Arthur Bauchet souffre de paraparésie spastique, une affection qui provoque une faiblesse et des contractures musculaires douloureuses au niveau des membres inférieurs.

« Je préfère avoir mal quand je skie, quand je m’amuse, que d’être allongé sur mon canapé. Je connais la douleur. Il suffit de serrer les dents et ça passera ! »

Trois des sept médailles françaises

Avec désormais trois médailles (dont deux d’or) à ces Jeux, soit près de la moitié du total français, est-il en passe de devenir la nouvelle star du paraski alpin tricolore ?

« J’espère que la star, c’est toute l’équipe de France, et pas seulement moi. Nous sommes une équipe solide, et nous le prouverons encore lors des dernières courses ! »

Arthur Bauchet disputera encore le slalom, prévu dimanche lors de la dernière journée de ces Jeux paralympiques.

« J’ai deux jours pour recharger les batteries, j’espère que ça suffira », a-t-il espéré.

« Si jamais les jambes me lâchent, j’essaierai de prendre le relais avec le mental. En tout cas, je ne vais pas lâcher, c’est sûr, ce n’est pas mon style ! »

La France totalise désormais sept médailles (dont quatre d’or) dans ces Jeux paralympiques d’hiver et occupe la quatrième place du classement.

Avec l’AFP

France 24 Sport

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.