Tunisie : opération séduction auprès des investisseurs africains

Une conférence dédiée aux investissements africains en Tunisie, FITA, a réuni à Tunis 2 000 personnes venues de 65 pays. Automobile, construction, électronique, nouvelles technologies, textile, les secteurs représentés étaient nombreux. L’occasion pour la Tunisie de tenter de se positionner comme moyeu en Afrique mais aussi pour tenter d’oublier les violences contre les ressortissants d’Afrique de l’Ouest et centrale qui continuent de rythmer l’actualité en Tunisie.

Par Amira Souilemcorrespondant à Tunis,

 » Akwaba de Côte d’Ivoire !… Zélés du Cameroun ! « . L’édition 2024 de la FITA s’est ouverte dans pas moins de cinq langues africaines. La Tunisie multiplie cette année ses efforts pour mettre à l’aise ses hôtes africains. Améliorer également son image après les violences qui ont visé les populations subsahariennes dans le pays.

 » Les Tunisiens sont de plus en plusje ne m’intéresse plus au continent », juge l’organisatrice de l’événement, Nadia Yaich. Expert-comptable, elle reconnaît néanmoins que l’économie a souffert du contexte politique. Les partenaires africains discutent avec elle des déportations d’immigrés subsahariens dans le désert. Mais elle reste optimiste.  » Nous devons trouver des solutions. Nous sommes un pays accueillant et nous travaillons avec plusieurs présidences. Nous avons des relations diplomatiques historiques que nous voulons aujourd’hui mêler à l’économie. »

Sur le stand de la Société Nationale Immobilière de Tunisie, Dora Aloui Bellagha, directrice commerciale, compte sur ce rendez-vous pour mettre à profit son expérience sur le reste du continent, face au concurrent égyptien.  » Plus de 180 000 logements ont été construits dans toute la Tunisie. C’est pourquoi nous envisageons de commencer par l’Afrique noire, car c’est là qu’ils envisagent de créer des logements sociaux à prix minimisés. »

Engouement pour la Côte d’Ivoire

Pays où les Tunisiens se portent bien et pour lequel l’engouement ne se dément pas, la Côte d’Ivoire accueille 10 000 Tunisiens et 250 entreprises de ce pays d’Afrique du Nord.  » Les Tunisiens en Côte d’Ivoire investissent dans la construction et dans les grands travauxexplique Patrick M’Bengue, président de la Chambre de commerce et d’industrie Tunisie-Côte d’Ivoire. De nombreuses cohortes d’entreprises tunisiennes investissent dans le domaine du numérique – de nouveaux métiers – dans l’énergie… « . Cacao, noix de cajou, fruits… Les Ivoiriens, eux, comptent sur les opportunités commerciales en Tunisie.

Un grand potentiel d’investissement entre les pays africains est malheureusement entravé, soulignent les participants de la FITA, par les charges administratives et les difficultés d’accès aux prêts.