Un club de football sétois va perdre ses subventions en raison de « pratiques communautaires » constatées par la préfecture

Le préfet de l’Hérault évoque un « choix délibéré » de ne pas « développer la pratique féminine du football » et considère que le logo du club ne respecte pas la neutralité.

Article rédigé par

franceinfo – avec France Bleu Hérault

Radio-France

Publié


Temps de lecture : 1 min

Ballons de football (photo d'illustration).  (JEFF PACHOUD/AFP)

La préfecture de l’Hérault a décidé de retirer son agrément au club de football Sète Olympique Football Club, privant ainsi le club de ses subventions publiques, en raison de « pratiques communautaires » détecté en son sein, rapporte jeudi 25 avril France Bleu Hérault.

« Une inspection des services de l’État a révélé des pratiques communautaires au sein de l’association Sète Olympique Football Club »explique la préfecture sur « choix délibéré de ne pas développer la pratique du football féminin » Et « l’absence de neutralité liée à l’utilisation d’un signe emblématique de la religion musulmane comme logo du club, apposé sur les maillots des joueurs ».

Plus de subventions ni d’accès aux installations municipales

« En conséquence, j’ai décidé de retirer l’agrément accordé à l’association sportive Sète Olympique Football Club résultant de son affiliation à la Fédération Française de Football », poursuit la préfecture. En raison de cette décision, la commune de Sète « ne versera pas à cette association la subvention votée pour l’année 2024 et mettra fin à la fourniture d’équipements sportifs dans la commune », termine la préfecture.

Environ 70 footballeurs sont licenciés dans ce club, selon France Bleu Hérault. L’association a deux mois pour faire appel. Par la voix de Me Sefen Guez Guez, elle « nie toutes les accusations portées contre elle. » L’avocat dénonce « affichage pur » et parle de la décision « disproportionné et manifestement illégal ». Il annonce que « l’arrêté du préfet a été contesté devant le tribunal administratif de Montpellier » et qu’une audience publique « se tiendra lundi 16 mai ».