Un Français travaillant pour une ONG arrêté en Russie et accusé d’espionnage

L’information a été donnée en début d’après-midi, et a été confirmée par Emmanuel Macron dans la soirée. Le président français a confirmé jeudi 6 juin au soir qu’un ressortissant français, Laurent Vinatier, avait été arrêté en Russie. « Nous sommes très vigilants, il bénéficiera de toutes les protections consulaires »a déclaré le chef de l’Etat, lors d’un entretien au « 20 Heures » sur TF1 et France 2 à l’occasion du 80e anniversaire du Débarquement, niant les accusations d’espionnage portées contre lui par les autorités russes.

Lire aussi | Ce qu’il faut retenir de l’interview d’Emmanuel Macron, à trois jours des élections européennes

«C’est un compatriote français, il travaille pour une ONG suisse (Centre pour le dialogue humanitaire) et qui sert donc de nombreuses grandes personnalités internationales. En aucun cas, ce n’était quelqu’un qui travaillait et travaille pour la France. (…) Je veux rétablir ici la vérité face aux ivresses qu’on entend encore »a insisté Emmanuel Macron.

Une mise en examen attendue « dans un futur proche »

Dans l’après-midi, cette ONG a confirmé à Monde l’arrestation de Laurent Vinatier, ajoutant : « Nous travaillons pour obtenir plus de détails sur les circonstances (de cette arrestation) et pour obtenir la libération de Laurent ». La mission de l’ONG est « contribuer à la prévention, à l’atténuation et à la résolution des conflits armés par le dialogue et la médiation »explique son site Internet.

A midi, la Commission d’enquête de la Fédération de Russie à Moscou a annoncé que« un citoyen de la République française (…) a(volonté) informations délibérément collectées dans le domaine des activités militaires et militaro-techniques de la Fédération de Russie » pour plusieurs années.

« L’accusé a été arrêté et emmené au département du Comité d’enquête de la capitale pour des mesures d’enquête. Dans un avenir proche, il sera inculpé et une mesure préventive sera choisie. »a poursuivi le principal organisme d’enquête russe, signalant qu’il ne s’était pas enregistré auprès du ministère russe de la Justice en tant que« agent étranger » – un délit passible de cinq ans d’emprisonnement.

Lire aussi | En direct, guerre en Ukraine : le point sur la situation

Le monde

Réutiliser ce contenu