Skip to content
Un marché encore fou cette année pour les véhicules de loisirs

Qu’il s’agisse d’un véhicule récréatif neuf ou d’occasion, le marché s’annonce encore fou cette année au Québec.

Les propriétaires de véhicules récréatifs qui désirent s’en départir peuvent revendre leur bien usagé plus cher qu’ils ne l’ont payé.

Ceux qui désirent acquérir un véhicule récréatif neuf devront s’armer de patience avant d’avoir leur roulotte ou leur motorisé dans leur cortège, même si la situation s’est un peu apaisée.

L’animateur Paul Houde s’est lui aussi laissé séduire par le marché, qu’il décrit comme « l’immobilier sur 4, 6 ou 10 roues », et se retrouve maintenant sans VR.

Après avoir vendu le véhicule qu’il possédait, il s’en achète un nouveau qu’il ne recevra peut-être qu’à la fin de la saison 2022.

« Pour que j’aie un terrain pour le garer, mais je n’ai pas de véhicule », a-t-il déclaré à l’animateur Pierre-Olivier Zappa.

Le propriétaire de VR St-Cyr, Dominic St-Cyr, confirme que plusieurs acheteurs de véhicules neufs sont impatients face aux délais de livraison qui sévissent dans l’industrie.

« Il y a beaucoup de gens qui ont passé des commandes avec des estimations d’arrivée qui, au final, se sont avérées beaucoup plus longues que prévu. Des gens, même, qui attendent leur unité depuis l’année dernière », explique-t-il.

M. St-Cyr estime toutefois « qu’on commence à voir la lumière au bout du tunnel ».

Jusqu’à un an d’attente

Les délais peuvent cependant aller, aujourd’hui encore, jusqu’à un an avant de recevoir un véhicule neuf, selon les segments choisis.

Paul Houde souligne également que la guerre en Ukraine pourrait occasionner de nouveaux délais supplémentaires.

« Il y aura sans aucun doute des retards dans l’approvisionnement des pièces essentielles, comme les micropuces ou les circuits électroniques. C’est aussi vrai pour l’automobile », dit-il.

La forte demande et les délais de livraison font également grimper le prix des véhicules récréatifs.

« Il y a certainement une augmentation. Les fabricants sont comme n’importe quoi d’autre, l’offre et la demande. Ça a augmenté, mais le taux de change, puisque ce sont des véhicules qui sont produits aux États-Unis, le taux de change est quand même bon, donc ça a un peu atténué cette hausse », indique le patron du VR St-Cyr.

Un marché encore fou cette année pour les véhicules de loisirs


journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.