un mois et demi après l’accident, 21 marins toujours bloqués sur leur cargo

À Baltimore, dans l’est des États-Unis, le navire Dali s’est effondré sous le pont Francis Scott Key.
Julia Nikhinson / REUTERS À Baltimore, dans l’est des États-Unis, le navire Dali s’est effondré sous le pont Francis Scott Key.

Julia Nikhinson / REUTERS

À Baltimore, dans l’est des États-Unis, le navire Dali s’est effondré sous le pont Francis Scott Key.

INTERNATIONAL – Ils n’ont pas bougé depuis sept semaines. L’équipage du Dali, le porte-conteneurs qui a heurté l’emblématique pont Francis Scott Key à Baltimore en mars dernier, est confiné sur son propre navire. Depuis l’incident, le cargo de près de 300 mètres est resté immobile, coincé sous les débris du pont effondré.

Ce lundi, les autorités américaines ont fait sauter une partie du pont, marquant le début des opérations pour libérer le navire et le voir atteindre le plus rapidement possible le port de Baltimore. Car à l’intérieur, 21 hommes attendent de pouvoir revivre.

Depuis l’accident, l’équipage, composé de 20 Indiens et d’un ressortissant sri-lankais, n’a pas pu débarquer en raison de restrictions de visa, du manque de laissez-passer terrestres et des enquêtes du FBI et du National Transportation Safety Board (NTSB).

Coupés du monde et de leurs familles

Selon les personnes qui ont pu contacter ces marins, les conditions de vie à bord sont dures. Certes, des repas et des colis leur sont apportés, mais le moral baisse. Durant les premières semaines de l’enquête, le FBI a confisqué leurs téléphones portables, les laissant pratiquement sans communication avec le monde extérieur.

Ils ont ensuite reçu des cartes SIM et des téléphones portables temporaires sans données. Mais « Ils ne peuvent tout simplement pas contacter les personnes dont ils ont besoin, ni même regarder des photos de leurs enfants avant de s’endormir »rapporte à la BBC Joshua Messick, directeur exécutif du Baltimore International Seafarers’ Center, une organisation à but non lucratif qui œuvre pour protéger les droits des gens de mer.

« Ils ne peuvent pas faire de banque en ligne. Ils ne peuvent pas payer leurs factures à la maison. Ils n’ont pas leurs données ni les coordonnées de qui que ce soit, ils sont donc vraiment isolés en ce moment. » il continue.

3,7 km pour rejoindre le port de Baltimore

Dans un communiqué du 11 mai, deux syndicats de marins ont exigé que leurs téléphones leur soient retirés. « vite revenu »soulignant que la perte de communication avec les membres de la famille « entraîne des difficultés considérables pour les membres d’équipage qui ont de jeunes enfants à la maison »

Selon Darrel Wilson, porte-parole de Synergy Marine, la société de gestion de l’équipage de Dali basée à Singapour. « tient bien le coup ». « Tous leurs besoins sont satisfaits au mieux de nos capacités » il a assuré à la BBC. Par exemple, des cargaisons de repas indiens ont été livrées à bord pour alléger la pression sur les cuisiniers. Des prêtres hindous leur ont également rendu visite.

Mais le temps dure, et personne ne sait pour l’instant quand le navire pourra parcourir les 3,7 km qui le séparent du port. Cela nécessite de le renflouer et de dégager les débris du pont. Et tout ne sera pas fini après cette étape : Darrel Wilson estime que les marins ne pourront fouler la terre ferme qu’en petits groupes, avec de fortes restrictions de déplacements.

« J’essaie de savoir ce que l’équipe veut faire »a-t-il indiqué. « J’ai donc contacté un club de cricket local pour voir s’il pouvait organiser un match », a-t-il conclu. Un premier réconfort, loin de répondre aux revendications des syndicats.

Voir aussi sur le HuffPost :

Quitter la version mobile