Skip to content
Un musée russe emblématique réglemente les expositions étrangères


Le musée de l’Ermitage n’enverra pas de pièces à des expositions étrangères cette année, déclare son directeur

L’un des plus grands musées du monde, l’Ermitage d’Etat à Saint-Pétersbourg, ne participera pas aux expositions étrangères cette année en raison du conflit en Ukraine, a déclaré mardi son directeur, Mikhail Piotrovsky.

« Dans les circonstances actuelles, nous n’aurons pas l’autorisation d’exporter [the art pieces] en dehors de la Fédération de Russie », a-t-il déclaré aux journalistes, ajoutant que le musée continuera d’accueillir des expositions dans les villes russes.

Il a également noté que l’Ermitage ne prête généralement pas ses pièces à des expositions étrangères, mais les conduit plutôt lui-même. « Divers centres et satellites de l’Ermitage existaient pour cela. On fait des expositions avec nos collègues, c’est une chose fondamentale, » il expliqua. « Nous créons de nouvelles significations.”

Lire la suite

Des œuvres d’art russes de valeur saisies

En mars dernier, le centre de l’Ermitage à Amsterdam, qui servait de succursale au musée de l’Ermitage dans la capitale néerlandaise, a annoncé qu’il avait coupé les liens avec le musée russe à la lumière de l’opération militaire russe en Ukraine, et s’était rebaptisé le Dutch Heritage Amsterdam, choisissant plutôt de se concentrer sur l’exposition d’artistes néerlandais.

Cette décision est intervenue alors qu’un certain nombre d’institutions culturelles du monde entier protestaient contre l’attaque de Moscou contre son voisin et refusaient de continuer à accueillir des œuvres d’art russes. En avril, alors qu’un certain nombre de pièces de valeur revenaient de musées de l’UE et du Japon, les douanes finlandaises ont décidé de saisir la collection de 46 millions de dollars, invoquant les sanctions de l’UE imposées à Moscou.

Les autorités russes ont décrit cette décision comme rien d’autre que « chaos juridique» et réclamait la restitution de son bien culturel, qui voyageait à l’étranger dans le cadre de la coopération entre institutions muséales, arguant qu’il ne pouvait être soumis à des restrictions.

La querelle diplomatique s’est terminée avec les autorités finlandaises qui ont finalement décidé de restituer les œuvres d’art à la Russie, déclarant que l’incident s’était produit en raison des sanctions imposées à un rythme effréné et qu’il n’était pas clair ce qui relevait et ne relevait pas de la liste des sanctions.

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.