Skip to content
Un ordre des frappeurs de l’équipe antillaise qui correspond à leurs apparitions aux tests


UN
Définir une petite taille de texte

UN
Définir la taille de texte par défaut

UN
Définir une grande taille de texte

Voici un petit article étrange à méditer autour de votre café. Une équipe de joueurs de test antillais dont la position dans l’ordre des frappeurs de test – à au moins une occasion – correspondait au nombre total de tests qu’ils ont joués pour les Windies.

1. Léon Garrick

Son seul test a eu lieu contre l’Afrique du Sud en 2001 lorsqu’il a ouvert avec Chris Gayle contre Alan Donald, Shaun Pollock et Jacques Kallis. Bienvenue au test de cricket ! Il a été lancé par Donald avec la première balle du match, mais a eu plus de chance dans la deuxième manche, marquant 27 points sur 75 balles. Dans sa seule autre prétention à la gloire, Garrick, avec Chris Gayle, a marqué une fois un partenariat d’ouverture invaincu pour la Jamaïque de 425.

2. Omar Philips

Phillips était un gaucher et a frappé au numéro deux dans chacune de ses quatre manches de test. Il a eu son opportunité de test contre le Bangladesh en 2009 à la suite d’un différend entre le West Indies Cricket Board et l’Association des joueurs, ce qui a conduit l’équipe d’origine à boycotter les tests, et il a raté de peu un siècle à ses débuts lorsqu’il est tombé pour 94. Lorsque le les joueurs boycottés sont revenus au bercail, Phillips était parti.

3. Len Baichan

Généralement une batte d’ouverture, Baichan a échangé des places avec Viv Richards lors du 6e test contre l’Australie à Melbourne en 1976, pour être renvoyé par Gary Gilmour pour trois dans les premières manches et par Jeff Thomson pour 20 dans la seconde. Il n’a disputé que trois tests, les Windies faisant sagement confiance aux ouvreurs Gordon Greenidge et Desmond Haynes, mais au moins il a terminé avec une moyenne au bâton de 46.

4. Karl Nunes (W/K)

Nunes était l’un des grands du cricket antillais, et on se souviendra autant du travail qu’il a accompli pour le sport en dehors du terrain que du fait qu’il a été leur tout premier capitaine de test lorsqu’ils ont joué contre l’Angleterre à Lords en 1928. Il frappé au deuxième guichet à quatre reprises lors de la première tournée des Windies en Angleterre.

5. Sylvestre Joseph

Batteur droitier, Joseph a disputé cinq tests sur une période de trois ans, étant d’abord plongé dans le rôle inconnu d’ouvreur en 2004, puis battant plus loin dans l’ordre où il n’a pas rencontré beaucoup plus de succès.

6.Floyd Reifer

Le gaucher a eu ce qui ne pouvait être décrit que comme une carrière de test extraordinaire. Il a fait ses débuts au test contre le Sri Lanka en 1997 où il a affiché son score le plus élevé de 29, et a joué un test de plus dans cette série et un dans chacune en 1998 et 1999, avant de disparaître dans la ligue écossaise. Remarquablement, il a été rappelé au poste de capitaine de l’équipe en 2009 lors de deux tests contre le Bangladesh, à la suite d’un boycott du match à la onzième heure par les joueurs sélectionnés à l’origine.

7. Subvention de Rolph

Batteur droitier et quilleur hors spin, Grant a fait ses débuts au test au bâton numéro sept lors du premier test contre l’Angleterre à Bridgetown en 1935, et a été réputé choisi autant pour ses prouesses sur le terrain que pour son habileté avec la batte ou la balle. Au moment où il a disputé ses trois derniers tests en 1939, il n’était pas seulement en train d’ouvrir le bâton mais aussi le capitaine de l’équipe.

8. Coudre la Shivnarine

Shivnarine était une chauve-souris droite banale et un quilleur orthodoxe encore moins remarquable du bras gauche qui a réussi huit tests pour les Windies entre mars 1978 et février 1979. Il a affiché son score le plus élevé de 63, la seule fois où il a battu le numéro huit, en la deuxième manche du troisième test contre l’Australie à Bridgetown en 1978.

9. Avant Jones

Jones était un bon quilleur au rythme du bras droit qui a remporté 25 guichets d’essai au cours d’une carrière perturbée par la Seconde Guerre mondiale. Il a pris ses meilleurs chiffres de test de 5/85 lors du cinquième match nul contre l’Inde en 1949.

10. Wayne Daniel

Daniel était un quilleur rapide mortel qui aurait joué beaucoup plus de tests sans l’impact du cricket des World Series sur sa carrière et l’émergence de Malcolm Marshall, Colin Croft et Joel Garner sur la scène des tests. Boy ont-ils eu des quilleurs rapides dans les années 70 et 80 !

11. Sylvester Clarke

Qui de mieux pour terroriser les batteurs adverses que l’effrayant Sylvester Clarke, dont le rythme et la portance rendaient la vie très inconfortable pour quiconque tenait une batte à l’autre bout du terrain. Ses apparitions aux tests étaient limitées en raison de la profondeur des rangs des quilleurs antillais, et lorsqu’il en a eu l’occasion, il n’a jamais semblé être en mesure de reproduire sa superbe forme de première classe. Il a battu le dernier homme à huit reprises et a eu une moyenne respectable au bâton de 15,63.

Je t’avais dit que c’était un drôle d’article !

Aidez à façonner l’avenir de The Roar – répondez à notre enquête rapide et courez la chance de GAGNER !



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.