Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Un vol d’Ukrainian Airlines abattu | Le Canada et trois autres pays poursuivent le gouvernement iranien

(OTTAWA) Le Canada et trois autres pays se tournent vers le tribunal international pour faire en sorte que l’Iran soit tenu responsable de l’abattage du vol PS752 d’Ukrainian Airlines il y a plus de trois ans.


Avec la Grande-Bretagne, la Suède et l’Ukraine, le Canada a appelé l’Iran il y a six mois à accepter un arbitrage exécutoire par le biais d’une convention des Nations Unies conçue pour protéger les avions de ligne contre les attaques.

Le Groupe international de coordination et de réponse pour les victimes du vol PS752 a déclaré jeudi dans un communiqué commun que puisque l’Iran n’a pas accepté cette demande, le différend sera soumis à la Cour internationale de justice « dès que possible ».

Le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran a abattu le vol d’Ukrainian Airlines quelques minutes seulement après le décollage le 8 janvier 2020, tuant les 176 personnes à bord.

Parmi les passagers se trouvaient 55 citoyens canadiens et 30 résidents permanents, ainsi que d’autres ayant des liens avec le Canada. Les autres victimes avaient des liens avec la Suède, le Royaume-Uni et l’Ukraine.

L’appel à un arbitrage exécutoire fait suite à des années de négociations infructueuses avec Téhéran pour demander une indemnisation et veiller à ce que les responsables soient tenus responsables.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a prévu de rencontrer jeudi les familles des victimes du vol PS752 pour faire le point sur les prochaines étapes de ce dossier.

« Le temps est écoulé. Nous poursuivons l’Iran devant la Cour internationale de justice pour avoir abattu le vol PS752, comme promis aux familles des victimes, a-t-elle écrit sur Twitter. Nous obtiendrons la transparence, la responsabilité et la justice que les familles méritent. L’impunité est pas une option.  »

Kourosh Doustshenas, dont la fiancée est décédée lorsque l’avion a été abattu, a salué l’intervention du tribunal international comme un pas en avant.

Malgré la réticence de l’Iran à s’engager dans un arbitrage, le prochain processus aura lieu « qu’ils le veuillent ou non », a déclaré Doustshenas, porte-parole de l’Association des familles des victimes du vol PS752.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page