une adolescente ukrainienne de retour des colonies forcées de Crimée raconte sa reconstruction

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 2 minutes

Diana, son frère et sa sœur, retrouvent leur père, après 6 mois de séparation, en mars 2023. (AGATHE MAHUET / RADIOFRANCE)

Depuis le début de la guerre, des centaines d’enfants ukrainiens sont tenus à l’écart de leurs proches dans les territoires occupés par la Russie. Une quinzaine d’entre eux ont retrouvé leur famille, comme Diana.

Une quinzaine d’enfants ukrainiens ont retrouvé leur famille, se félicite le président Volodymyr Zelensky. Ces mineurs, comme des centaines d’autres, avaient été séparés de leurs proches, souvent lors de camps d’été, et retenus de force pendant des mois dans les territoires occupés par la Russie. Grâce au travail d’associations comme Sauver l’Ukraine, des dizaines d’enfants ont déjà pu rentrer au pays ces derniers mois. Mais ce retour dans leurs familles ukrainiennes est parfois difficile.

Diane a 15 ans. Elle vivait encore avec sa famille à Kherson au début de l’automne 2022, lorsque les autorités d’occupation russes ont mis en place ces camps d’été obligatoires pour les étudiants de son école : « Le professeur nous a donné des formulaires à remplir, nous expliquant que nous étions tous obligés d’aller dans une colonie, en Crimée. Nous n’avions aucune possibilité de refuser.

Travaux d’entretien, programme scolaire russe

Avec son petit frère et sa petite sœur, elle se retrouve loin de ses parents. Officiellement, pour deux semaines seulement. « Mais ensuite le pont de Crimée a été attaqué, dit Diane. Et les Russes nous ont dit que nous devions rester là-bas, pour notre sécurité. » Les conditions se détériorent : il n’y a plus de vacances. Diana et les autres doivent faire des travaux d’entretien, étudier le programme scolaire russe. Six mois passent.

Diana a passé 6 mois contre son gré dans

Un soir, elle remarque un groupe d’adolescents qui partent avec leurs valises : «Un de mes amis avait trouvé un moyen de rentrer en Ukraine ! Diana a ensuite fourni à ses parents le contact de l’association Save Ukraine, qui a à son tour réussi à l’extraire, en mars 2023 : « Quand j’ai retrouvé ma mère, elle était pleine de larmes, elle nous embrassait et disait ‘Je ne te laisserai plus jamais partir !' » Pourtant, les semaines qui suivent leurs retrouvailles ne sont pas de tout repos : « Au début, je ne voulais pas être près de mes parents. Je ne sais pas… J’étais un peu en colère contre eux. »

Ses séances de thérapie l’aident à renouer avec sa famille. Mais pour Olena, la psychologue de l’association, les blessures sont bien réelles : « Ce sont des enfants traumatisés. Ils ont des troubles du sommeil ou de l’alimentation… Et puis les peurs apparaissent ! Ils sont séparés de leur famille depuis longtemps, il faut donc renouer ces relations petit à petit… » Diana dit qu’elle se sent plus mature aujourd’hui. Là-bas, elle était devenue comme une seconde mère pour son petit frère et sa petite sœur. À leur retour, la famille a quitté Kherson, leur maison détruite par les bombardements. Tout le monde reconstruit progressivement sa vie, ensemble, à Kiev.