Skip to content
Une guerre de territoire éclate entre un kidnappeur d’enfants vivant à DEUX PORTES d’un tueur condamné

Un kidnappeur de bébé et sa nouvelle épouse se sont retrouvés mêlés à une guerre de territoire avec un tueur reconnu coupable et sa femme qui habitaient à deux pas.

La mère de trois enfants, Vanessa Keeton, 32 ans, a lancé un carton de jus d’orange au domicile de Paul Sharpe et l’a traité de «f ****** meurtrier» après avoir qualifié son mari Michael de «paedo» lors d’un barbecue.

La police qui a enquêté sur la querelle à Stockport, dans le Grand Manchester, a découvert que Michael Keeton avait été reconnu coupable d’enlèvement d’enfant après avoir arraché un tout-petit à son domicile en 2014.

Au tribunal d’instance de Stockport, le couple, qui s’est marié en juillet, a admis un comportement menaçant tandis que Vanessa a également plaidé coupable de dommages criminels pour le voisin avec Sharpe, qui a purgé une peine de prison pour meurtre.

Vanessa et Michael Keeton photographiés devant le tribunal de première instance de Stockport

Au cours d’une série de matchs de cris publics, Michael, 35 ans, a également affirmé que la femme de Sharpe, Vicky, avait « mis des cigarettes aux bébés », tandis que Vanessa a en outre accusé les Sharpes d’avoir jeté de la nourriture dans leur jardin.

Michael Keeton a reçu une ordonnance communautaire de trois ans en 2016 après s’être glissé dans la maison voisine et avoir arraché la fille de 18 mois de l’occupant dans le salon.

L’enfant en détresse a ensuite été retrouvé au domicile de Keeton, mais s’est avéré indemne et a été rendu à sa mère.

Keeton a affirmé plus tard avoir entendu le bébé pleurer et a décidé de l’emmener à sa propre adresse pour sa propre « protection ». À l’époque, un juge avait prévu d’envoyer Keeton en prison pour trois ans, mais l’a libéré car il avait déjà purgé 16 mois de détention.

Les détails de la condamnation pour meurtre de Sharpe n’ont pas été divulgués. Les Keeton ont depuis déménagé à 40 milles à Burnley, dans le Lancashire.

Les Keeton ont été libérés sous condition pendant 12 mois après qu’un avocat a déclaré au tribunal que même si les insultes étaient « désagréables », elles pouvaient être interprétées comme un « commentaire juste ».

Le tribunal a appris que les Keeton et Mme Sharpe étaient à l’origine amis, mais ils se sont disputés lorsque son mari a emménagé.

Nick Smart, poursuivant, a déclaré: « Aux premières heures du 25 mai de cette année, Vicky Sharpe était à son domicile lorsqu’elle a brièvement quitté la propriété. Lorsqu’elle est revenue à la propriété peu de temps après, elle s’est aperçue que des liquides avaient été jetés sur les lieux, notamment les murs et les fenêtres de la maison.

«L’incident suivant est survenu le 28 août lorsque les deux parties étaient dans les jardins de devant de leurs maisons respectives en train de faire un barbecue d’été.

«Les deux parties ne vivent qu’à quelques portes l’une de l’autre et une dispute a éclaté entre elles, résultat de leur ressentiment antérieur. Cette dispute s’est rapidement transformée en un match de cris où les deux parties se sont insultées et ont culminé avec Vanessa qualifiant Paul de « putain de meurtrier ».

Michael a alors crié « Vicky Sharpe met des cigarettes aux bébés ».

Une guerre de territoire éclate entre un kidnappeur d’enfants vivant à DEUX PORTES d’un tueur condamné

Vanessa dans sa robe de mariée – le couple s’est récemment marié

«Les Keeton ont ensuite été arrêtés et interrogés au poste de police de Stockport. Plus tard dans la soirée, les deux parties étaient à l’intérieur de leurs propriétés. La plaignante est sortie par la porte d’entrée pour jeter un coup d’œil car elle pensait avoir vu quelque chose être lancé et entendu des bruits provenant de la rue.

«Quand elle a regardé dehors, elle a vu les accusés jeter des objets à leur adresse de l’autre côté de la route. Chaque fois que le plaignant leur a dit d’arrêter de faire cela, ils ont été moqués et ignorés.

Dans la défense de l’atténuation, Simon Morton, a déclaré: « Les Keetons disent qu’ils n’ont fait à Shares que ce que les Sharpes leur ont fait. » Ils ont déposé des plaintes auprès de la police qui ne les a pas suivies d’enquêtes alors que les plaignants ont vu leurs plaintes traitées.

«Le couple s’est bien entendu avec Mme Sharple jusqu’à ce que Paul emménage pour vivre avec elle. La relation s’est effondrée au début de cette année et les deux parties ont commencé à se disputer. Ils ont affirmé que les plaignants avaient jeté de la nourriture par-dessus la clôture de leur jardin et qu’ils avaient simplement jeté le cordial en guise de réponse. C’est juste un comportement enfantin.

«En ce qui concerne l’incident du 28 août, le plaignant a qualifié Michael de« pédo », faisant référence à une condamnation antérieure relative à un enlèvement d’enfant mal jugé en 2016. Ils n’ont répondu que par leurs propres insultes. Bien que les insultes aient été désagréables, elles étaient justes. Paul avait passé une longue peine en prison pour meurtre.

« Ils Keetons ont maintenant déménagé à près de 50 miles à Burnley dans le Lancashire et sont hors de danger, donc je ne pense pas qu’une ordonnance d’interdiction ne servira à rien dans ce cas. »

Les Keeton, qui touchent tous deux des prestations, ont été rejoints au tribunal par le frère identique de Michael et deux autres membres de la famille. Michael lui-même a reçu l’ordre de se taire après avoir fréquemment perturbé le tribunal pendant la procédure.

Lors de la détermination de la peine, le président du banc, Martin Drake, a déclaré: « Nous avons beaucoup réfléchi à cela et avons décidé qu’une libération conditionnelle était la meilleure ligne de conduite. » Il ne sert à rien de verser de l’huile sur des eaux troubles. Nous voulons que vous tiriez un trait sur cet événement et que vous passiez à autre chose.

Aucune ordonnance restrictive n’a été prononcée entre les parties. Vanessa a été obligée de payer des frais de 107 £ tandis que Michael a été invité à payer 111 £.

dailymail Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.