Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

Universités anglophones | Québec veut un plan de francisation « plus ambitieux »

(Québec) Le gouvernement Legault demande aux universités anglophones d’avoir un plan de francisation « plus ambitieux » en échange d’une hausse moins marquée des frais de scolarité pour les étudiants des autres provinces canadiennes.


La presse a révélé mercredi que le gouvernement Legault augmenterait ces frais de 33 % au lieu de pratiquement les doubler.

Selon nos informations, la facture pour les étudiants du reste du Canada passerait à terme de 9 000 $ à 12 000 $ par année à l’automne 2024. Ce scénario serait soumis prochainement au Conseil des ministres, en vue d’une annonce cette semaine prochaine. .

Le gouvernement Legault a suscité l’ire des universités anglophones en annonçant en octobre que les frais de scolarité seraient pratiquement doublés pour atteindre 17 000 $.

Lors d’une mêlée de presse mercredi, la ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, n’a voulu ni démentir ni confirmer cette information qui, par ailleurs, a été validée par d’autres sources gouvernementales.

« Je ferai le point en temps voulu. Pour moi, l’important c’est qu’on fasse des étudiants français et qu’on les retienne davantage », dit-elle.

Elle discute avec les recteurs des universités anglophones au sujet du plan de francisation qu’ils ont proposé au premier ministre François Legault lors d’une rencontre dans ses bureaux le 6 novembre. Les recteurs ont proposé de franciser au moins 40 % de leurs étudiants non francophones. étudiants parlants provenant du reste du Canada et de l’étranger, notamment avec la mise en place de cours obligatoires.

« L’initiative ne va pas assez loin », a déclaré Pascale Déry. Elle souhaite « des objectifs plus concrets » et « des actions plus concrètes ». « Nous travaillons sur un plan plus ambitieux », a-t-elle ajouté.

Les présidents de McGill et de Concordia ont proposé d’établir des cours et des activités obligatoires de français langue seconde « dans un délai de trois ». Toutefois, selon nos informations, le gouvernement souhaite que ces mesures soient mises en place d’ici 2025. Il souhaite également lier une partie du financement des universités à la mise en œuvre du plan de francisation.

Pour le député péquiste Pascal Bérubé, le gouvernement Legault « est en train de faire marche arrière sur sa mesure sur les frais de scolarité des étudiants canadiens » et retarde le dépôt du plan d’action attendu sur la langue française.

Selon nos informations, Québec entend maintenir la nouvelle tarification annoncée pour les étudiants étrangers. Il souhaite fixer un taux plancher à 20 000 $, montant sur lequel le gouvernement compte prélever 3 000 $.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page