Skip to content
Vente de bâtiments scolaires |  Montréal inquiet pour la communauté

L’administration Plante s’inquiète pour le secteur communautaire après la vente de plusieurs immeubles du Centre de services scolaire de Montréal (CSSDM) actuellement loués à de tels groupes.


La presse révélait ce matin que l’organisme avait l’intention de vendre sept de ces immeubles « excédentaires » et espère en tirer 28 millions : « nous ne sommes pas des gestionnaires immobiliers », explique le CSSDM.

Cependant, l’administration municipale craint que les dizaines d’organismes actuellement hébergés dans ces immeubles ne soient « affaiblis » voire contraints de fermer leurs portes. Lundi, elle a demandé à Québec d’agir pour s’assurer que ce ne soit pas le cas.

« La réussite scolaire de nos enfants ne s’arrête pas aux quatre murs d’une école, a plaidé Laurence Lavigne-Lalonde, mairesse de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, devant le conseil municipal.

Elle a souligné que le milieu communautaire contribue également aux objectifs du CSSDM. « Si un jeune a faim, s’il éprouve des difficultés à la maison, si l’enfant a besoin de soins supplémentaires pour permettre à sa mère célibataire de finir son décalage, s’il a des problèmes d’adaptation ou si on essaie de l’entraîner dans le cycle de la violence, il n’aura pas la tête à l’école. »

« Je pense que j’ai des collègues partout à Montréal qui partagent mon stress suite à l’article de ce matin », a-t-elle ajouté.

La motion de l’administration demande au gouvernement du Québec de s’assurer que chaque organisme communautaire soit relocalisé avant qu’un bâtiment du CSSDM qui l’abrite ne soit vendu.

Le conseil municipal a voté à l’unanimité en faveur de la motion.


canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.