Vers un taux de participation record aux élections législatives ?

Le taux de participation à 12 heures en France métropolitaine au premier tour des élections législatives s’élevait à 25,90%, selon le ministère de l’Intérieur. Du jamais vu depuis les élections législatives de 1981.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture : 2 minutes

Un bulletin de vote et une urne.  (NOÉMIE GUILLOTIN / RADIO FRANCE)

Des millions de procurations et une participation record à midi : le taux de participation à 12 heures en métropole au premier tour des élections législatives était de 25,90 %, selon le ministère de l’Intérieur. C’est du jamais vu depuis 43 ans, depuis le premier tour des élections législatives de 1981, le 14 juin de la même année, juste après l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République.Il s’agit du niveau le plus élevé depuis les élections législatives de 1981« , note Mathieu Gallard, directeur d’études à l’institut de sondage Ipsos-Talan.

En 2022, à la même époque, ce chiffre ne s’élevait qu’à 18,43 %, quand en 1997, lors des dernières élections législatives anticipées, il était de 22,74 % à midi.

Ainsi, la participation finale devrait donc être bien supérieure aux 47,51 % de 2022 et pourrait même dépasser les 67,9 % de 1997. À l’étranger, où l’on vote beaucoup moins qu’en métropole, la participation a également progressé et de premiers résultats ont été publiés.

Selon Mathieu Gallard, «On se dirige clairement vers une très forte augmentation de la participation, mais la corrélation entre le taux de participation à 12h et le taux final est de 0,86 (ce qui est déjà beaucoup), mais entre celui de 17h et le taux final on augmente à 0,99« .

Parmi les chiffres marquants, à Paris, la participation à la mi-journée a plus que doublé, à 25,48 %, contre 12,26 % deux ans plus tôt, selon la préfecture. La participation est la plus élevée dans les départements du sud de la France avec 34,41 % dans l’Aveyron, 33,70 % dans les Bouches-du-Rhône, 33,61 % dans le Gers, 32,85 % en Dordogne et 32,68 % dans les Hautes-Alpes. Les taux les plus faibles apparaissent en région parisienne avec 17,93 % en Seine-Saint-Denis, 18,29 % dans le Val-de-Marne, 18,47 % dans les Hauts-de-Seine.

Preuve de cet engouement, plus de 2,7 millions de procurations ont été établies depuis le 10 juin, selon le ministère de l’Intérieur, un nombre quatre fois supérieur à celui d’il y a deux ans. Les Français peuvent se rendre aux urnes jusqu’à 18 heures ou 20 heures dans les grandes villes, heure à laquelle émergeront les premiers résultats de ces élections susceptibles de bouleverser le paysage politique.