Vins d’été 2024, entre gourmandise et simplicité

LUn Saint-Médard, habituellement au mois de juin, a déménagé en 2023 à la mi-octobre, ce qui a empêché Saint Barnabé de « lui couper l’herbe sous le pied » comme dit le proverbe. Après, c’était foutu, tout était déréglé. Depuis, le ciel et les nuages ​​gris de pluie ne nous ont guère épargnés, sauf là où nous en aurions le plus besoin… Dans ces conditions, le retour du soleil et un été chaud, comme le présage, au conditionnel, le modèle météo Copernic, sera le bienvenu parmi les vacanciers.

Le printemps était un pot-au-feu, juillet devait être grillades et salades, planchas et barbecues. Août aussi, et même septembre. Aucune exception! Même sort pour le vin. On ne boit pas sous un parasol ce qu’on boit sous le coin d’un parasol. Le rosé, même s’il est en retard dans sa concurrence avec le blanc, reste la star des repas d’été. Mais on peut aussi varier les plaisirs et préférer, le soir, lorsque « le char vaporeux de la reine des ombres se lève, et blanchit déjà les bords de l’horizon », un Gamay des terres du Beaujolais voisines de celles de Lamartine. Les vins rouges « légers » semblent de plus en plus prisés.

LIRE AUSSI Quel vin choisir pour accompagner un tartare de thon rouge ?

Encore faut-il s’entendre sur le véritable sens de cet adjectif. Est-ce le prix, la teneur en tanins ou la teneur en alcool que l’on décrit ainsi ? Peut-être les trois, puisqu’il est évident qu’un vin très tannique, affichant 15 degrés et (…) Lire la suite