Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.

virtuose, Pascal Amoyel se souvient de son maître Georges Cziffra dans une scène unique, joyeuse et émouvante


Un piano à queue occupe la largeur de la scène du théâtre Montparnasse à Paris, où Pascal Amoyel l’offre la vedette d’un spectacle enchanteur.

Réputé pour ses interprétations de Chopin, Liszt et Beethoven, star des théâtres internationaux, Pascal Amoyel est comme un poisson dans l’eau sur la scène du théâtre Montparnasse à Paris, avec Le pianiste à 50 doigts. Dans une seule scène intimiste dont il est l’auteur et interprète – mise en scène par Christian Fromont – il se souvient du pianiste virtuose qui lui a tout appris : Georges Cziffra.

Synchronicité

Alternant récit et récital, sans jamais être tout à fait l’un ou tout à fait l’autre, Pascal Amoyel poursuit son travail sur une nouvelle approche de la performance musicale. L’interprète de l’intégrale Nocturnes de Chopin (Grand Prix du Disque de la Société Chopin de Varsovie), ne joue pas le biopic de Georges Cziffra, mais évoque sa relation avec le maître, et avec lui, l’amour de la musique qu’ils partageaient.

Cela commence par une curieuse synchronicité, où l’interprète se souvient avoir visité un appartement à Paris avec ses parents lorsqu’il était enfant. L’agent immobilier lui dit alors qu’un grand pianiste avait vécu ici, et que cela augurait peut-être d’un grand destin pour lui. Il s’agit de Georges Cziffra, qui deviendra son professeur de piano à l’âge de 12 ans, initiateur et modèle, dont les trente ans de mort seront commémorés en 2024.

Mon ami « Piano »

Ces souvenirs conduisent à évoquer la vie de Georges Cziffra, pianiste virtuose hongrois naturalisé français en 1968. Fils de musiciens tsiganes, enrôlé dans l’armée hongroise (alors alliée de l’Allemagne), prisonnier aux travaux forcés en Sibérie, il deviendra plus tard – war la référence pianistique de l’époque. Mais au-delà de Pascal Amoyel et Georges Cziffra, le personnage principal de Pianiste à 50 doigtsc’est le piano, l’instrument, peut-être le plus emblématique de la musique, car souvent à l’origine de la composition et détenteur de toute la tessiture orchestrale dans l’interprétation.

Pascal Amoyel l’occupe, l’examine, le caresse, le brutalise, mais pas trop, l’habite, le célèbre, lui tire les cordons du nez… Il l’aime. Tout comme il aime les compositeurs qu’il interprète : Chopin, Beethoven, Rachmaninov, Bartok… avec un mélange de Joyeux anniversaire « à la manière de » hilarant. L’amour de la musique transparaît dans ce spectacle entièrement dédié au piano, qui devient le héros d’une pièce offerte par un amoureux de son art, touchante d’abnégation et de joie.

Le pianiste à 50 doigts
Par et avec : Pascal Amoyel
Réalisateur : Christian Fromont
Représentations : jeudi et vendredi à 19h – samedi à 15h30 – dimanche à 18h
Durée du spectacle : 1h20
Théâtre Montparnasse
31 rue de la Gaité, 75014 Paris
Tél : 01 43 22 77 74

grb2 FR

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page