Skip to content
Wall Street clôture en baisse, inquiétude croissante en 2023


La Bourse de New York a terminé en forte baisse jeudi dans un contexte d’inquiétude croissante quant à la trajectoire de l’économie américaine en 2023, avec des entreprises sur la défensive et des craintes d’un nouveau resserrement monétaire.

Le Dow Jones a perdu 1,05 %, l’indice Nasdaq a chuté de 2,18 % et l’indice élargi S&P 500 a perdu 1,45 %.

Wall Street n’a pas salué, avant l’ouverture, la révision à la hausse de l’estimation de la croissance américaine pour le troisième trimestre, à 3,2% en rythme annualisé contre 2,9% jusqu’ici, alors que les économistes tablaient sur un statu quo.

« L’économie continue de croître et les ménages de dépenser », a réagi Rubeela Farooqi, de High Frequency Economics. Bien qu’il anticipe un ralentissement en 2023, « la priorité donnée à la lutte contre l’inflation signifie que les taux resteront plus élevés, plus longtemps, l’année prochaine ».

De plus, les nouvelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont été inférieures aux attentes, signe que le marché du travail reste solide.

Ces deux indicateurs meilleurs que prévu « renforcent, dans l’esprit des investisseurs, la possibilité que la Réserve fédérale soit plus agressive » sur le front monétaire l’an prochain et continue de relever ses taux, selon Tom Cahill de Ventura Wealth Management.

Cependant, les taux ont très peu évolué jeudi, confirmant la tendance récente d’un marché obligataire stabilisé, après une année 2022 mouvementée.

Le rendement des obligations d’État américaines à 10 ans s’est établi à 3,68 %, contre 3,66 % la veille.

Pour Adam Sarhan de 50 Park Investments, les derniers jours de 2022 sont l’occasion de liquider des positions et de réaliser des pertes, ce qui tend à favoriser le retournement du marché. Un mouvement qui est accentué par les faibles volumes d’échanges dus à l’absence de nombreux opérateurs, déjà en congé.

Autre élément négatif, « les publications de résultats ont déçu », notent les analystes de Schwab, dans une note.

Parmi eux figure le réseau de vente de voitures d’occasion CarMax (-3,66% à 57,20 dollars), qui fait face à une décélération du secteur et a raté l’objectif fixé par les analystes.

Le fabricant de semi-conducteurs Micron (-3,44% à 49,43 dollars) a également annoncé mercredi des résultats inférieurs aux attentes, avec des ventes en baisse de 38% et une perte nette.

Le groupe souffre d’un ralentissement de la demande de puces électroniques, notamment pour les smartphones, et prévoit de réduire ses effectifs d’environ 10 % en 2023.

Après une première salve dans le secteur technologique depuis l’été, les mesures de réduction des coûts se multiplient dans le paysage des sociétés cotées.

Les mois à venir « seront difficiles pour les entreprises », prévient Tom Cahill, avec une dégradation de la situation économique sur fond d’inflation toujours élevée, qui pourrait affecter les résultats et les marges des entreprises.

Une mauvaise nouvelle de Micron a refroidi toute l’industrie des composants électroniques, du fabricant de cartes graphiques Nvidia (-7,04%) aux spécialistes des puces Intel (-3,21%) en passant par Qualcomm (-3,41%).

Au-delà, c’est toute la galaxie technologique qui a été bouleversée, notamment Amazon (-3,43%), Microsoft (-2,55%) et Apple (-2,38%).

Au diapason, Tesla a repris sa glissade (-8,88% à 125,35 dollars). L’action du constructeur de véhicules électriques est tombée jeudi à son plus bas niveau depuis septembre 2020.

Les analystes de la Deutsche Bank ont ​​revu à la baisse jeudi leurs estimations des résultats de Tesla pour le trimestre en cours et prévoient un environnement difficile à court terme, lié notamment à la baisse de la demande.

Ils voient également comme un élément négatif le « bruit lié à la récente acquisition de Twitter » par Elon Musk.

La chaîne de cinémas AMC (-7,36% à 4,91 dollars) a dégringolé après avoir dévoilé, jeudi avant bourse, une augmentation de capital de 110 millions de dollars entièrement souscrite par la société d’investissement Antara Capital. Cette dernière a également accepté de convertir en actions 100 millions de dollars de titres de créance AMC qu’elle détenait déjà.

Les compagnies aériennes ont souffert de l’arrivée d’une tempête hivernale qui devait toucher la majeure partie des États-Unis, en particulier le centre-nord, en pleine période de grands déplacements pour les vacances.

Des centaines de vols ont déjà été annulés jeudi, notamment depuis ou vers les deux aéroports de Chicago (Illinois) et celui de Denver (Colorado), selon le site spécialisé FlightAware.

Delta (-2,23%), Southwest (-3,11%) ou American Airlines (-3,61%) ont tous terminé loin dans le rouge.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.