Skip to content
Wall Street termine en nette hausse, achetant du courant après un mois catastrophique


La Bourse de New York a terminé en forte hausse, réchauffée par la couverture, la chasse aux bonnes affaires et un semblant de dynamisme au début du trimestre après un mois de septembre désastreux.

Le Dow Jones a gagné 2,66 %, l’indice Nasdaq a gagné 2,27 % et l’indice S&P 500 au sens large a augmenté de 2,59 %.

« Il n’y a pas eu de bonnes nouvelles pour soutenir ce rebond, seulement l’absence de mauvaises nouvelles », a commenté Andy Kapyrin de Regent Atlantic. « C’était suffisant pour que le marché reprenne pied. »

Les trois principaux indices de Wall Street ont tous terminé vendredi au plus bas de l’année.

Adam Sarhan de 50 Park Investments a déclaré que « tous ceux qui voulaient vendre la semaine dernière ont vendu », incitant les investisseurs qui avaient récemment parié plus bas lundi à se couvrir en se repositionnant longtemps.

Ces opérateurs spéculatifs ont été rejoints par des investisseurs intéressés par les actions décotées, qui se sont lancés dans une chasse aux bonnes affaires. « Et enfin, vous avez les investisseurs sensibles aux grands mouvements qui sont montés à bord », selon M. Sarhan.

Pour une fois, ce sont les géants du secteur et les valeurs dites défensives, a priori moins sensibles à la conjoncture économique, qui ont été les grands gagnants de la séance, de Honeywell (+3,64%) à Boeing (+4,10%), en passant par Dow Jones. (+3,07%).

Au rayon des bonnes affaires, Intel (+4,66%), Nike (+2,74%) et Disney (+2,97%) ont mis le nez par la fenêtre.

Comme depuis plusieurs mois, actions et obligations ont à nouveau évolué ensemble.

« C’est un début de mois, un début de trimestre, vous avez des investisseurs qui veulent revenir sur le marché et modifier leur allocation » d’actifs, que ce soit vers les actions ou les obligations, a souligné M. Sarhan.

Les rendements, qui évoluent dans le sens opposé des prix des obligations, ont considérablement diminué lundi. Le rendement des obligations d’État américaines à 10 ans s’est ainsi établi à 3,64%, contre 3,82% vendredi.

Pour Mazen Issa, de Valeurs Mobilières TD, cette baisse des taux obligataires était également liée à la publication de deux indicateurs macroéconomiques américains jugés décevants.

L’indice ISM d’activité du secteur manufacturier est tombé à 50,9% en septembre, contre 52,0% attendu, soit le rythme de progression le plus lent de l’économie depuis mai 2020, au début de la pandémie de coronavirus.

Quant aux dépenses de construction aux États-Unis, elles ont baissé de 0,7 % en août par rapport à juillet, nettement moins que la baisse de 0,2 % attendue par les économistes.

Pour l’analyste de Valeurs Mobilières TD, ces mauvais chiffres entretiennent l’espoir que la banque centrale américaine (Fed) n’accélérera pas davantage son resserrement monétaire.

La baisse des taux d’intérêt et les achats bon marché ont également joué un rôle pour les valeurs technologiques comme Apple (+3,08%), Microsoft (+3,37%) et Alphabet (+3,28%).

Pour M. Sarhan, la flambée de lundi n’annonce pas une série sur un marché qui reste globalement orienté à la baisse. « Les mouvements les plus forts » sur une séance « se produisent sur des +baissiers+ », c’est-à-dire des marchés dévastés, a fait valoir le dirigeant.

Tesla a souffert (-8,61% à 242,40 dollars) après avoir annoncé dimanche que les livraisons de véhicules étaient en hausse mais en deçà des attentes au troisième trimestre. Le constructeur de voitures électriques a également reconnu éprouver des difficultés à transporter ses véhicules.

Le secteur pétrolier a été propulsé par des informations faisant état d’une éventuelle réduction substantielle de la production par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés de l’OPEP+, qui se réunissent mercredi.

ExxonMobil (+5,28%), Chevron (+5,61%), Halliburton (+7,15%) et Marathon Oil (+10,58%) étaient tous en fête.


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.