Skip to content
West blâme la Turquie pour les retards d’expédition de pétrole – FT – RT Business News


Au moins 22 pétroliers ont été empêchés de traverser le détroit du Bosphore en raison de problèmes d’assurance liés au plafonnement des prix

Les autorités occidentales imputent à la Turquie la responsabilité de l’interruption des expéditions de pétrole de la mer Noire, après qu’Ankara a empêché 22 pétroliers de traverser ses eaux territoriales par crainte d’assurance, a rapporté jeudi le Financial Times.

Les navires ont été immobilisés quelques jours après que l’UE, les pays du G7 et l’Australie ont imposé un plafond de prix de 60 dollars le baril sur les exportations russes de brut maritime. La mesure interdit aux entreprises occidentales de fournir des services de courtage, d’expédition, d’assurance et d’autres services pour ces expéditions de pétrole à moins que la cargaison ne soit achetée à ou en dessous de ce niveau de prix fixé.

En novembre, les autorités maritimes turques ont publié un avis exigeant des garanties supplémentaires de la part des assureurs que le transit par la voie navigable du Bosphore serait couvert à partir de ce mois-ci. Les nouvelles exigences, censées couvrir des incidents tels que les déversements d’hydrocarbures et les collisions, concernent toutes les expéditions de brut, pas seulement les cargaisons russes.


Cependant, les responsables occidentaux affirment que la demande d’Ankara pour des assurances supplémentaires de la part des expéditeurs n’était pas nécessaire et blâment la nation pour le dernier embouteillage dans le détroit du Bosphore.

« La politique de plafonnement des prix n’oblige pas les navires à rechercher des garanties d’assurance uniques pour chaque voyage individuel, comme l’exige la règle de Türkiye. Ces perturbations sont le résultat du régime de Türkiye, et non de la politique de plafonnement des prix », un responsable impliqué dans le plafonnement des prix a déclaré à FT.

Selon deux responsables occidentaux cités par les médias, 19 pétroliers chargés de brut qui attendent actuellement de traverser le détroit transportent du pétrole d’origine kazakhe.

« Ces cargaisons ne seraient soumises au plafonnement des prix dans aucun scénario, et il ne devrait y avoir aucun changement dans le statut de leur assurance par rapport aux expéditions kazakhes au cours des semaines ou des mois précédents », ils se disputèrent.

Pour plus d’histoires sur l’économie et la finance, visitez la section commerciale de RT

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.