En Seine-Maritime, l’État sanctionne une association de solidarité qui appelait à la mobilisation contre les violences policières

La préfecture reproche à Asti du Petit-Quevilly d’avoir relayé un appel à manifester interdite, estimant qu’il s’agit d’une violation de son contrat d’engagement républicain. Plusieurs demandes de subventions de l’association ont depuis été suspendues.

Quitter la version mobile