un projet de révision constitutionnelle qui divise

Publié


Durée de la vidéo : 2 minutes

Nouvelle-Calédonie : un projet de révision constitutionnelle qui divise

Nouvelle-Calédonie : un projet de révision constitutionnelle qui divise
Nouvelle-Calédonie : un projet de révision constitutionnelle qui divise
(Franceinfo)

Alors que d’importantes modifications du droit de vote sont envisagées en Nouvelle-Calédonie, où les personnes arrivées après 1998 ne peuvent pas voter aux élections provinciales, les séparatistes s’opposent fermement à cette idée. Mardi, l’Assemblée nationale a adopté le projet de révision constitutionnelle.

Toutes les personnes arrivées après 1998 ne peuvent pas voter aux élections provinciales, soit près d’un électeur sur cinq en Nouvelle-Calédonie. Le gouvernement envisage néanmoins d’ouvrir le droit électoral à toutes les personnes qui y résident depuis au moins dix ans.

« En France, nous avons des citoyens français qui vivent en Nouvelle-Calédonie depuis vingt-cinq ans et qui ne peuvent toujours pas participer aux élections territoriales. Nous ne pouvons pas accepter une telle injustice sur le territoire français »tance Gil Brial, porte-parole des Loyalistes et vice-président de la province Sud.

Problème : les indépendantistes s’opposent au projet. Ils craignent que la réforme donne moins d’espace au peuple kanak autonome qui représente 41% de la population de l’archipel. En France métropolitaine, le gouvernement tergiverse. Mardi 14 mai, l’Assemblée nationale a adopté le projet. Le Congrès sera convoqué à Versailles pour adopter la réforme constitutionnelle.

Quitter la version mobile